Tennis

Une finale sans un membre du top 10 mondial, on n'avait plus vu ça depuis 2002.

Ils affrontaient les deux grands favoris du tournoi. Ni l'un, ni l'autre n'avait déjà joué une finale de Grand Chelem. Et pourtant, ce sont bien Marin Cilic et Kei Nishikori qui se disputeront le dernier majeur de la saison.

Onzième joueur mondial, le Japonais a créé la première surprise de la journée en venant à bout de Novak Djokovic, numéro un mondial et finaliste à New York lors des quatre dernières éditions. Nishikori s'est imposé en quatre sets, malgré les deux matches arrachés au forceps contre Wawrinka et Raonic lors des tours précédents: 6-4, 1-6, 7-6 (7/4), 6-3.

En finale, le Japonais affrontera donc Marin Cilic, tombeur d'un Roger Federer qui semblait pourtant sur une voie royale vers son 18e titre en Grand Chelem. Revenu du diable vauvert ces derniers mois, coaché par la légende nationale Goran Ivanisevic, le seizième mondial est venu à bout du maître en trois manches seulement (6-3, 6-4, 6-4), à coups d'aces illisibles et de coups puissants du fond du court, dans un style qui rappelait fortement celui de Robin Söderling voici quelques années.

Inattendue, totalement folle, cette finale opposera donc deux joueurs classés hors du top 10 mondial au départ du tournoi. Une première depuis 2002, quand Costa était venu à bout du jeune Juan Carlos Ferrero en finale de Roland Garros. Ce sera également la première finale d'un tournoi du Grand Chelem sans Federer, Nadal ou Djokovic depuis l'Australian Open 2005.