Tennis

Kirsten Flipkens a été sortie mercredi de l'Open d'Australie, premier tournoi du Grand Chelem de la saison, dès le deuxième tour. Elle a été éliminée en trois sets très contrastés, 4-6, 6-0, 2-6, par la Slovaque Magdalena Rybarikova, 21e mondiale.

La partie a duré 1h50. Flipkens, 75e au classement WTA, avait passé le premier tour face à l'Américaine Alison Riske (WTA 84) malgré une inflammation à l'épaule qui l'avait forcée à se retirer du tournoi d'Hobart la semaine dernière. Mercredi, elle n'a pas réitéré l'exploit, face à la surprenante demi-finaliste du dernier Wimbledon, qui n'avait jusqu'ici jamais été plus loin que les deux premiers tours à l'Australian Open.

La meilleure performance de la Campinoise sur les courts de Melbourne Park reste une accession aux huitièmes de finale qui remonte à 2013, quand elle s'était retrouvée face à la Russe Maria Sharapova.

Plus tôt dans la journée de mercredi, mais chez les hommes, Ruben Bemelmans (ATP 117) avait lui aussi vu son aventure se terminer au deuxième tour, face au Géorgien Nikoloz Basilashvili.

David Goffin (ATP 7) et Elise Mertens (WTA 37), qui doit jouer en soirée (australienne) son deuxième tour dans la Rod Laver Arena, face à la locale Daria Gavrilova (WTA 23), portent donc à eux seuls désormais, les espoirs des Belges dans les tableaux de simple, à l'Open australien. Kirsten Flipkens reste engagée en double, aux côtés de l'Italienne Francesca Schiavone.


"Dommage, cette blessure aux adducteurs"

"C'est dommage, car il y avait un bon coup à jouer. Mais en n'étant pas à 100%, ce n'était pas évident", a indiqué mercredi Ruben Bemelmans (ATP 117), dont la belle aventure a pris fin au deuxième tour de l'Australian Open. Le Limbourgeois, 30 ans, issu des qualifications et brillant vainqueur de Lucas Pouille (ATP 18) au premier tour, a fini par craquer, rattrapé par une douleur à la jambe droite contre le Géorgien Nikoloz Basilashvili (ATP 61), 25 ans. Il s'est incliné 7-5, 6-1, 6-3.

"J'ai commencé à avoir mal à la fin du premier set et la gêne s'est aggravée au début du deuxième. Je ne pouvais plus vraiment m'appuyer sur ma jambe droite. C'est au niveau des adducteurs. Le kiné est venu, j'ai reçu un anti-inflammatoire et il m'a posé un bandage, mais rien n'y a fait. J'ai encore essayé, pour le faire douter, mais je n'y suis pas parvenu. C'est dommage, car j'étais bien rentré dans la partie. J'avais la bonne tactique et je sentais que j'avais l'ascendant. Heureusement, je ne pense pas que cette blessure soit trop grave", ajoute le joueur belge.

Ruben Bemelmans, cela dit, peut quitter Melbourne avec un très bon sentiment. Obligé, une nouvelle fois, de passer par les qualifications, il a fait preuve de beaucoup de ressort et pratiqué de l'excellent tennis. Voilà qui devrait lui donner du cœur à l'ouvrage pour la suite et notamment la rencontre de Coupe Davis contre la Hongrie, à Liège, début février, où en l'absence de Steve Darcis (ATP 88), il aura un rôle très important.

"Je devrai effectivement peut-être jouer les trois jours. Sans Steve, ce ne sera pas facile contre les Hongrois, car Fucsovics, leur n°1, est une vraie bête. Il a un énorme physique et il est très solide des deux côtés. J'espère que David trouvera l'énergie pour venir jouer chez lui, à Liège, mais cela dépendra évidemment de son parcours ici. Je vais me soigner et tâcher de continuer sur la lancée de ce j'ai montré ici. J'ai disputé de très bons matches. Cela donne confiance", conclut-il.


"J'ai eu trop de hauts et de bas"

"J'ai eu trop de hauts et de bas. C'est la morale de l'histoire", a regretté Kirsten Flipkens (WTA 75), qui n'a pas réussi mercredi à se hisser au troisième tour de l'Australian Open, à Melbourne. Sur le Show Court 3, la petite Campinoise, 32 ans, s'est inclinée au terme d'un match au déroulement bizarre, 6-4, 0-6, 6-2 contre la Slovaque Magdalena Rybarikova (WTA 19), 29 ans, demi-finaliste à Wimbledon l'an dernier.

"J'avais dit que ce serait un jeu d'échecs", explique-t-elle. "J'étais bien entrée dans la partie, mais ce n'était pas évident d'imposer mon jeu. Le plus difficile, en fait, était de parvenir à faire le bon choix sur la bonne balle. Dans le deuxième set, je m'étais dit que je devais être plus agressive, attaquer son deuxième service, mais à la fin du set, j'ai attrapé des crampes au ventre. Il faisait chaud et je pense que j'en ai plus souffert qu'elle. Mon niveau d'énergie a chuté. Et lorsque je me suis fait breaker au premier jeu du troisième set, alors que je menais 40-15, c'est devenu compliqué."

Battue, Kirsten Flipkens n'était pas abattue pour autant. Elle savait qu'avec ses soucis à l'épaule, il ne fallait en somme pas attendre de miracles à Melbourne.

"J'avais à peine pu taper la balle 45 minutes hier et faire 10 services. J'espérais faire mieux que lors de ma tournée australienne de 2017, où je n'avais gagné qu'un match en deux tournois. Je ne m'inquiète pas pour la suite, car je sais qu'avec quelques entrainements, je retrouverai vite plus de régularité", poursuivit la native de Geel, qui est encore engagée en double avec Francesca Schiavone. "La suite du programme, ce sera le tournoi de Saint-Pétersbourg, puis la Fed Cup contre la France, mais on verra en fonction de mon épaule."