Tennis

Rien à signaler, Rafael Nadal répète ses gammes depuis trois tours et profite d’un tirage extrêmement favorable. Vendredi, il n’a pas eu à forcer son talent pour se défaire de Dzumhur, joueur très solide mais qui manque trop de puissance pour inquiéter le matador. Cette fois, il n’y avait pas de virus pour diminuer Nadal et le contraindre à l’abandon comme lors de leur précédente rencontre à Miami 2016. Du coup c’est un Rafa pas secoué pour un sou qui est venu commenté cette victoire à sens unique.

“C’était un bon match, difficile de dire autre chose quand on a gagné un troisième tour en Grand Chelem sur un score pareil. Je suis ravie d’être en deuxième semaine, tout se passe bien.” Arrivé sans compétition sur ce premier Majeur de la saison, “Rafa” a hérité du tableau parfait pour achever sa préparation. “J’ai passé des heures et des heures sur le court à l’entraînement et là je trouve que ça y est je joue bien. J’ai fait ce qu’il fallait, alors maintenant attendons de voir jusqu’où ça va me mener.”

Pour le moment, ça le mène au tenance argentin Diego Schwartzman face auquel il mène 3-0 dans les duels. Mais comme toujours avec Nadal, il se dit méfiant et contraint de jouer son tout meilleur tennis pour passer. “C’est un joueur coriace qui sait tout faire. Il a fait beaucoup de progrès ces deux dernières saisons donc si je ne suis pas au top de mes capacités, je ne passerai pas.” Si tous les feux sont au vert pour l’homme de Manacor, il s’est tout de même permis d’ajouter sa voix à la grogne des joueurs et des joueuses concernant les conditions extrêmes dans lesquelles on les fait jouer. “On n’est pas suffisamment mis en sécurité. Et là encore on a échappé au pire car ce n’était pas trop humide. Mais non, à moment il faut le dire : c’est trop.” Concis mais efficace, comme dans ses matches ici !

L’Australien retrouvera bien Grigor Dimitrov pour une place en quarts de finale.

Men 5-2 dans le jeu décisif du quatrième set, Nick Kyrgios a montré ses bonnes intentions du moment en se battant sur chaque point et ça a payé. Il a remporté cinq points de suite, le set et le match face à Jo-Wilfried Tsonga (7-6,4-6,7-6,7-6). Le Français qui s’en était sorti sur un miracle face à Denis Shapovalov au tour précédent a cette fois très mal négocié les points importants et a été globalement condamné par ses soucis en retour. Il a en plus eu les nerfs mis à vif par un idiot dans les tribunes qui lui criait on ne sait quoi et a hurlé un “Fais le descendre ici, je vais lui régler son compte” que l’arbitre n’a pas apprécié. Quand ça veut pas… “Il me cherchait et j’ai grillé un fusible. C’est tout.”

Kyrgios lui a su garder son caractère suffisamment sous contrôle pour que la foule réponde à ses attentes et le pousse vers la ligne d’arrivée. Très solide sur sa mise en jeu, patient et lucide à l’échange, le vainqueur du tournoi de Brisbane continue d’avoir fière allure à Melbourne. Plus que son frère Christos qui s’est égosillé tout au long du match, tous les muscles dehors pour ne pas que les caméras ratent une miette. L’enfant terrible du tennis australien disputera désormais son deuxième huitième de finale face au Bulgare Grigor Dimitrov qui mène 2-1 dans leurs confrontations. Kyrgios a remporté la dernière à Brisbane en début de saison (3-6,6-1,6-4). Sur ce qu’on voit depuis le début du tournoi, l’Australien part favori car on sent que son rival a encore du mal à trouver ses marques en ce début d’année. La victoire au Masters a peut-être été un peu dure à digérer. Maintenant, affronter Kyrgios est sans aucun doute le meilleur moyen pour lui de débloquer son jeu. Ce match pourrait être le premier feu d'artifices du tournoi.

© AFP

Dimitrov souffre encore mais passe en huitièmes

Laborieux au tour précédent, le Bulgare Grigor Dimitrov a encore souffert pour se qualifier pour les huitièmes de finale de l'Open d'Australie aux dépens du Russe Andrey Rublev, 20 ans, en quatre sets serrés 6-3, 4-6, 6-4, 6-4, vendredi à Melbourne.

Le vainqueur du dernier Masters, N.3 mondial, a pris sa revanche sur ce grand espoir du circuit, 32e mondial, qui l'avait battu à l'US Open en septembre.

"Ce sont les matches les plus importants, quand je trouve les solutions alors que ça ne va pas très bien. Physiquement, ça va bien, la chaleur ne m'a pas gêné, c'est bon signe", a dit le Bulgare.

Svitolina met fin au parcours de Kostyuk, 15 ans
© AFP

L'Ukrainienne Elina Svitolina, 4e mondiale, a mis fin au beau parcours de sa jeune compatriote Marta Kostyuk, âgée de 15 ans, en deux sets 6-2, 6-2, au troisième tour de l'Open d'Australie, vendredi à Melbourne.

Kostyuk s'était sortie des qualifications puis avait gagné deux matches dans le grand tableau pour devenir la plus jeune joueuse au troisième tour depuis Martina Hingis en 1996.

"Combien coûte une leçon de tennis d'une heure avec Svitolina ? Moi j'en ai eu une gratuite !", a plaisanté la jeune fille après son match perdu en 59 minutes.

"Honnêtement, j'ai très, très mal joué aujourd'hui. Je n'ai pas montré 10% de ce que je peux faire", a-t-elle estimé.

Kostyuk n'a pas pu retenir ses larmes à la fin du match. "Je peux aussi être une enfant vous savez ! Je n'ai que quinze ans", a-t-elle dit.

Svitolina a promis à sa jeune compatriote "un grand avenir". "On entendra sûrement parler d'elle", a dit la N.4 mondiale, âgée de 23 ans.

Deux fois quart-de-finaliste à Roland-Garros, elle jouera pour la première fois les huitièmes de finale à Melbourne, contre la Tchèque Denisa Allertova.