Tennis S'il n’est pas repêché pour le Masters de Londres, David Goffin terminera l’année 2016 à la 11 e place mondiale. Malgré cette performance exceptionnelle, le Belge ne fait pas l’unanimité. Adulé par certains, il ne trouve pas grâce aux yeux d’autres observateurs et supporters belges. Pourquoi ne fait-il pas l’unanimité ? Tentative de réponse.

 

Une personnalité introvertie

Pour expliquer les critiques, loin d’être toujours justifiées, peut-être faut-il chercher dans le caractère et l’attitude de David Goffin. Loin du bad boy, malgré quelques rares coups de sang -comme lorsqu’il casse une raquette à Tokyo-, assez peu expressif, le Liégeois a parfois l’air fragile, dégageant un “body language” négatif. Pire, il donne de temps en temps un sentiment d’instabilité psychologique. Le dernier exemple en date remonte au moment où il a breaké Cilic à Paris, hier, menant 5-3 dans le deuxième set, avant de s’écrouler sur son service dès le jeu suivant.

Pour sa défense, il est loin d’être le seul à avoir perdu pied dans une rencontre cette saison. Deux membres du top 10, Monfils et Thiem, qui ont récemment connu quelques contre-performances comparables, peuvent aisément en témoigner.

Il ne passe pas un pallier

D’autres commentateurs évoquent le fait que, malgré sa progression, David Goffin ne parvient pas à dépasser un certain stade. Pourtant -faut-il le rappeler ?-, le joueur a décroché cette année le meilleur classement de sa carrière. Certes, il a profité des défections des “vétérans” Federer et Ferrer pour grappiller l’une ou l’autre place. Mais il a surtout remporté en 2016 plus de 800 points ATP de plus qu’en 2015.

Il y a moins de trois ans, le 7 juillet 2014, une blessure l’avait même propulsé hors du top 100 mondial. Aujourd’hui, il est aux portes du top 10.

Il ne bat jamais les meilleurs

C’est sans doute l’argument qui revient le plus souvent : David Goffin ferait “partie des meilleurs, sans battre les meilleurs”. Pourtant, cette année, le Liégeois est venu à bout de Thiem, Cilic (trois fois), Wawrinka, Berdych (sur une double-roue de vélo) et Monfils… soit cinq membres du top 10 actuel. Il a également été au cinquième set face à Raonic à Wimbledon, et a éliminé une fois Del Potro.

Au rayon de ses performances, il a encore passé un cap avec deux demi-finales de masters 1000 (Indian Wells et Miami).

Quelques faiblesses techniques

Le point faible du Belge est sans doute à chercher dans sa qualité de service et son jeu au filet. Cette année, pourtant, beaucoup de progrès dans ces secteurs de jeu ont été réalisés. Mais peut-être peut-il encore être plus régulier à ce niveau-là.

La régularité, c’est donc ce que tous lui souhaitent. Mais durant une saison entière, c’est difficile : ainsi, au sein du top 10, seuls Murray et Nishikori ont évité une sortie prématurée lors de leur entrée en lice dans un grand tournoi. David Goffin, lui, a connu le cas quatre fois cette saison, dont deux sur tie-break décisif.

David Goffin n’a sans doute pas la stature d’un Novak Djokovic ou d’un Roger Federer et ne remportera peut-être jamais un Grand Chelem. Mais il est le meilleur joueur belge masculin de tous les temps et 11e mondial. Quoi qu’on en dise, sans même évoquer une nouvelle progression, cela force le respect !