Tennis Steve Darcis (ATP49) s'est qualifié ce mercredi pour les quarts de finale du tournoi ATP250 d'Istanbul disputé sur terre battue. Il signe par là son retour dans le top du tennis mondial.

Il a battu le Tchèque Jiri Vesely, 59e mondial, (6-2/6-1).

Cette victoire permettra à Steve Darcis de faire un bond au classement mondial, lundi, à tel point qu'il devrait au moins égaler le meilleur classement de sa carrière, 44e. Ce classement, il l'avait obtenu en mai 2008. En fonction des résultats de Schwartzman, Struff ou Harrison, le Liégeois pourrait même être 41e lors de la publication du prochain classement ATP, lundi.

Cette place de 44e mondial, elle a déjà 9 ans. Entre-temps, le Liégeois de 33 ans a connu quelques grands moments souvent suivis de galère. Après avoir battu Nadal à Wimbledon en 2013, il est écarté des terrains pour une blessure à l'épaule. Sur le retour en 2015, il participe à la magnifique épopée des Belges en Coupe Davis tout en étant blessé au poignet. Il jouera même la finale sous infiltration.

Entre fin 2015 et la finale de Coupe Davis et mai 2016, Darcis ne joue qu'une poignée de matchs, chutant même à 177e place mondiale en mai 2016. Le retour par le circuit Challenger est inévitable pour le Liégeois de 32 ans qui y croyait alors peut-être plus que n'importe qui d'autre. Les victoires aux tournois de Lyon, Trnava, Eckental et ses finales à Blois, Liberec et Budapest lui permettent de terminer l'année là où il l'avait commencé, aux alentours de la 100e place. Mais surtout, le 'Shark' est sur le retour. Les observateurs et ses adversaires le savent.

2017 est effectivement l'année du retour avec un troisième tour mal payé à l'Australian Open face à Seppi, un double exploit en Coupe Davis face à Kohlschreiber (ATP 29) et Alexander Zverev (ATP 22) ainsi qu'un quart de finale au tournoi ATP 250 de Delray Beach, tournoi où il aurait pu revendiquer davantage s'il n'avait pas dû revenir en Belgique précipitamment pour des raisons familiales. 

Grâce à la victoire glanée ce mercredi, Steve Darcis montre qu'il a encore de belles années de carrière devant lui. Et qui sait si l'homme pourra, grâce aux tournois de Madrid et Rome, rentrer dans le Top 32 mondial, histoire d'être tête de série à Roland-Garros ?