Tennis Djokovic et Wawrinka ont, tous deux, renoncé à leur fin de saison, Murray, quant à lui, à Montréal et Cincinnati.

À l’heure où Rafael Nadal et Roger Federer survolent le circuit masculin, les autres résidents du Top 5 éprouvent du mal à se mesurer aux deux légendes. Pire, Novak Djokovic et Stan Wawrinka ont dû jeter l’éponge pour leur fin de saison. Andy Murray, absent à Montréal et Cincinnati, cette semaine, à cause d’une blessure récalcitrante à la hanche, va perdre lundi sa place de numéro un mondial au profit de Nadal, une semaine avant le début de l’US Open (28 août-10 septembre).

Novak Djokovic (ATP 5) : l’année noire

C’était fin juillet, le Serbe annonçait qu’il mettait un terme à sa saison pour une blessure persistante à un coude. "Tous les médecins et les spécialistes que j’ai consultés, en Serbie et dans le monde entier, ont déclaré que cette blessure demandait du repos..." déclarait l’ex-no 1 mondial lors d’une conférence de presse à Belgrade. "Un arrêt prolongé du sport est inévitable, et je ferai tout ce qui est nécessaire pour guérir." Absent à l’US Open et pour la demi-finale de Coupe Davis contre la France mi-septembre, le Serbe devra vite oublier 2017 où il n’a passé qu’un seul quart de finale de Grand Chelem, une première depuis 2006 !

Stan Wawrinka (ATP 4) : un genou intraitable

Le 4 août dernier, après Novak Djokovic, c’était au tour de Stan Wawrinka de mettre prématurément un terme à sa saison. En accord avec son staff, le Suisse a décidé de se faire opérer dans le but de "jouer encore de nombreuses années à haut niveau." Une décision difficile pour Wawrinka qui était notamment tenant du titre à l’US Open. Régulier, le joueur de 32 ans peut être globalement satisfait de son année marquée par une demi-finale à l’Open d’Australie et deux finales : à Indian Wells et à Roland-Garros.

Andy Murray (ATP 1) : des hauts et des bas

Forfait aux deux tournois de préparation de l’US Open, quatrième et dernier tournoi du Grand Chelem, Andy Murray peut-il encore espérer quelque chose du tournoi américain ? Comme ses concurrents, le Britannique doit mettre pied à terre pour une blessure à la hanche qu’il traîne depuis Wimbledon. Sa participation à l’US Open semble, de facto, incertaine.

Murray vit sa dernière semaine en tant que numéro 1 et n’aura peut-être plus beaucoup d’occasions de se montrer d’ici novembre et le Masters 1000 de Londres. Une saison loin d’être concluante où il ne s’est imposé qu’à Dubai début mars.

Plus que jamais, la fin de saison risque de se résumer à un duel Federer - Nadal. Et on se demande bien ce qui pourrait empêcher Fedex, qui a préféré jeter l’éponge à Cincinnati pour soigner ses petits pépins physiques, et Rafa de briller sur le circuit en 2018.

Le danger pourrait venir des jeunes loups de l’élite mondiale. Dominic Thiem (23 ans, ATP 8), régulier tout au long de l’année, fait partie des joueurs à surveiller. L’Autrichien a atteint cette année le dernier carré d’un tournoi du Grand Chelem. C’était à Roland Garros où il avait perdu en trois petites manches (6-3, 6-4, 6-0) face à Rafael Nadal.

Le favori pour déjouer les plans se nomme Alexander Zverev. L’Allemand (20 ans, ATP 7), une semaine après avoir été vainqueur à Washington, a confirmé les espoirs placés en lui en remportant le tournoi de Montréal au nez et à la barbe de… Roger Federer. C’est peut-être lui le favori du dernier Open de l’année.