Tennis

Cédric Hamiet, ancien arbitre international et responsable de l'arbitrage en Belgique, est conscient du danger et évoque des pistes pour enrayer ces matches truqués.

Truquer un match de tennis n’a rien d’impossible. Plusieurs facteurs favorisent même ce phénomène. La petite balle jaune répartit très mal ses revenus. Si on considère que seuls les joueurs du Top 100 peuvent vivre sans se soucier des fins de mois, il reste les 2.000 autres pros du ranking ATP et WTA qui galèrent. Comme le tennis est un sport individuel, ces joueurs sont tous susceptibles de succomber à une poignée de dollars pour perdre un match anonyme de Futures.

Les arbitres sont en première ligne pour lutter contre ces tricheurs. Du haut de leur chaise, ils peuvent détecter un comportement suspect en tribune ou une attitude équivoque d’un joueur. Cédric Hamiet, notre plus grand représentant du corps arbitral à l’échelle mondiale, arpente le circuit depuis 1999. Ce badge or n’est pas surpris par le rapport de la Tennis Integrity Unit qui vient d’être rendu public.

(...)


Marie-Paule Alhant : "On est parti pour la paranoïa"

(...)

Arrêtez de parier sur les Futures et Challengers

(...)