Tennis

En Australie, Lleyton Hewitt a donné le premier point à son pays, opposé à l'Argentine en quarts de finale de la Coupe Davis, en battant vendredi Guillermo Coria au terme d'un duel à couteaux tirés où les insultes ont autant fusé que les balles. Au terme d'un simple explosif de 2h53 disputé sur le gazon de Sydney, le n°2 mondial s'est imposé 7-6 (7/5), 6-1, 1-6, 6-2. Plus tard, David Nalbandian tentait d'égaliser, menant l'Australien Wayne Arthurs 6-3, 7-6 (10/8), 5-7, quand la pluie a interrompu la rencontre, et forcé le report de la fin du match au lendemain. Après sa défaite, Coria s'est lancé dans un grand déballage contre Hewitt, qui selon lui n'a cessé de les agresser, lui et le capitaine argentin Alberto Mancini. «Hors du court, ça va, mais sur le court, j'avais vraiment envie de le tuer», a assuré Coria, qui n'a guère apprécié de voir son adversaire se réjouir des fautes des Argentins. «Il peut être le meilleur joueur du monde et gagner tous les tournois, mais il ne peut pas se comporter de la sorte, insulter comme cela le capitaine, les autres joueurs, tout le monde. Je ne répéterai pas ce que j'ai entendu sur le court...»«Si la pire chose qui me soit sortie de la bouche est «come on», ce n'est rien comparé à un gars qui crache quand il n'est pas content de la décision de l'arbitre», s'est défendu Hewitt. La tension entre les deux joueurs a atteint son comble au 4e, lorsque Coria a semblé cibler volontairement un smash sur Hewitt. Au point suivant, ce dernier a rétorqué par un ace, qu'il a couronné d'un mot obscène ostensiblement mimé devant les caméras de télévision.

Dans le match France-Russie, Richard Gasquet a relevé le défi en maintenant intactes les chances tricolores, à Moscou. Le nouveau n°1 français a surmonté une attaque de crampes, provoquée par le stress au début de la 3e manche, pour battre Igor Andreev, 46e mondial, 6-4, 6-3, 7-6 (7/1). Dans le deuxième simple, Nikolay Davydenko a remis les Russes dans la course en dominant Paul-Henri Mathieu 7-5, 6-2, 7-5. «C'est fabuleux pour moi d'apporter le premier point contre un joueur qui joue très bien, se réjouissait Richard Gasquet. C'était un match très dur et le battre ici pour ma première sélection, en trois sets, je ne pouvais pas rêver mieux. La Coupe Davis, ça n'a rien à voir avec le tennis qu'on joue habituellement sur le circuit. C'est une autre dimension.»

Hier, la Croatie et la Roumanie n'ont pas réussi à se départager, à Split. Dans un premier temps, Andreï Pavel avait pris la mesure de «Super» Mario Ancic 1-6, 6-4, 4-6, 6-3, 6-4. Mais Ivan Ljubicic rétablissait l'égalité en venant à bout de Victor Hanescu 6-3, 6-2, 7-6 (7/3).

A Bratislava, les Pays-Bas ont également tenu leur hôte en échec. Les Slovaques prirent l'avantage grâce à Dominik Hrbaty vainqueur de Raemon Sluiter (6-1, 5-7, 6-4, 6-3). Mais Peter Wessels en soirée permit aux Néerlandais de rester dans la course en venant à bout de Karol Beck: 6-7 (5/7), 7-5, 6-7 (3/7), 6-4, 6-2.

© Les Sports 2005