Tennis Le capitaine était marqué par la fatigue d’une très longue journée.

À 23h00, Johan Van Herck, accompagné de Steve Darcis, est apparu physiquement marqué par les 8 heures passées au bord du terrain. Plus tôt dans la soirée, son homologue Lletyton Hewitt n’avait pas manqué de rappeler que "la première journée a été longue. Nous avons assisté à deux grands matches. Le score est logique" , confirmait l’Australien.

Johan Van Herck abondait en ce sens.

Sur la journée

"Je me sens fatigué, disait-il. Nous avons vécu des matches serrés et dignes de la Coupe Davis. J’ai vu de belles bagarres et des matches durs."

Même si les Belges ont frôlé le carton plein, le capitaine ne se donnait pas le droit d’être déçu. "Nous avons tout donné. Chacun a laissé son cœur sur le terrain. David et Steve ont fait ce qu’ils pouvaient."

Sur le match de Goffin

Johan Van Herck a apprécié les valeurs montrées par son chef de file. "La victoire était importante pour l’équipe et pour lui. Il a passé une grande partie de la semaine aux soins. Il ne jouait pas à son meilleur niveau, mais il a fait preuve d’une grande volonté. Sa motivation est exemplaire. Je pense qu’il en retirera que du positif. Pour tout joueur, il est important de gagner un tel match."

Sur le match de Darcis

À nouveau, Steve Darcis a connu cette métamorphose pour devenir ce guerrier en Coupe Davis. "C’est dommage. Même à 2 sets à 1, on sentait que ce n’était pas fini. Kyrgios n’a rien lâché. Il n’y a aucun regret à nourrir."

Sur le public

Alors que Nick Kyrgios évoquait le bruit des 8.200 supporters présents au Palais 12, Johan Van Herck espérait que l’ambiance reste bon enfant. "Communiquer n’était pas évident en raison du bruit. Je ne veux pas que le public agresse les Australiens qui pourraient se nourrir de cela. Je ne veux pas que cela devienne une confrontation. Quand je voyais des gens dans les tribunes à 14 heures avec de grosses bières,… Moi, si je bois quelques bières, je connais mon état (rires)."

Sur le double

Il ne fait pas l’ombre d’un doute que Johan Van Herck alignera Ruben Bemelmans et Arthur De Greef pour disputer le double du samedi. S’il venait à préférer Steve Darcis au Bruxellois, il sait qu’il hypothèque ses chances en cas de cinquième match décisif dimanche. Le capitaine ne dévoile pas encore ses cartes.

"La paire est loin d’être connue. Je n’en sais encore rien. Il est trop tôt. Je verrai demain. Je dois parler avec les joueurs et voir leur état après le réveil. Tout est ouvert. La perte de Joris (De Loore) a fait mal. Il était en confiance. Lors du double, nous ne serons pas les favoris. Cela ne signifie pas que c’est perdu d’avance. Je mettrai toutes les cartes sur la table. Puis, je verrai."

Sur les chances de victoire

Johan Van Herck n’avait pas franchement envie de se prononcer sur l’issue du week-end. "Est-ce encore du 50-50 ? Il reste trois matches. Les deux pays sont capables de prendre les 3 points. C’est difficile à dire. J’ai entendu que mes gars du simple dimanche étaient mieux classés que leurs adversaires. Mais, nous sommes en Coupe Davis. Tout est possible."