Tennis

Ce genou gauche devrait continuer à le tourmenter pendant un moment encore. Stan Wawrinka, qui en a pleuré jeudi après son abandon à Marseille, en a malheureusement encore eu la preuve jeudi à Marseille (4-6,1-1 ab.) face à Stefano Travaglia. 

L’inquiétude est forcément de mise pour le Suisse dont le genou gauche a donné un signe brutal de rechute. “A 3-3 j’ai fait une volée de coup droit, ça a tapé dans le genou et j’ai tout de suite senti que toute la musculature était crispée. Je n’arrivais plus du tout à avoir de flexion. Quand ça commence comme ça, que la musculature se tend et que ça appuie sur la rotule, il ne faut pas pousser sinon on risque d’aggraver les choses”, a expliqué un “Stan The Man” encore plus défait car il avait cru pouvoir faire une bonne semaine à Marseille. 

“J’avais fait de très bons sets d’entraînement. Je savais que je n’étais pas au niveau auquel j’aimerais être, mais je ne pensais pas en arriver à ce point-là. J’espérais avoir moins mal et pouvoir faire mieux.” Le Suisse refuse de s’alarmer. “Mon équipe médicale me dit que - heureusement et malheureusement - ce sont des douleurs normales.”

Il ne nie cependant pas que la période est délicate. “Je suis dans le dur c’est clair. C’est difficile moralement de voir que je suis très loin. Mais je savais que ça allait me prendre assez longtemps. Il faut continuer à travailler.” 

Alors quel est le plan ? Indian Wells et Miami se profilent puis la terre battue mais là ça semble un défi peut-être trop grand. “Je ne peux pas dire j’arrête tous les tournois, je m’entraîne pendant deux mois, un mois ou trois semaines et tout sera normal quand je vais revenir. Non, il faut malheureusement que je passe par ces phases. Il n’y a que le temps et le travail qui vont aider. Pour progresser, il faut s’entraîner et jouer des matches mais il ne faut pas non plus que je reçoive des baffes comme ici… Je vais devoir refaire le point sur mon programme, prendre les bonnes décisions.”