Tennis
Sortir le nom d'un entraîneur de football belge dans une conférence de presse sur le tennis français, c'est donc possible.

Non, Yannick Noah n'a pas cité l'exemple de Johan Van Herck, pourtant presque magistral dans la gestion de ses troupes lors de la demi-finale belge face à l'Argentine. Appelé à la rescousse pour la troisième fois de sa carrière pour offrir à l'équipe de France un Saladier d'argent qu'elle attend depuis 2001 et la victoire décisive de Nicolas Escudé face à Wayne Arthurs à Melbourne, le dernier français vainqueur français de Roland Garros a évoqué... Raymond Goethals.

"À 55 ans, je suis un peu le Raymond Goethals de la Coupe Davis" a effectivement affirmé le nouveau capitaine de l'équipe de France, faisant référence à un tennis où les capitaines des équipes nationales sont souvent plus jeunes. Bon, Raymond-la-Science avait quand même déjà septante ans quand il a remporté la Ligue des Champions à la tête de l'OM. Ce qui laisse une quinzaine d'années à Noah pour tenter de gagner une Coupe Davis. En évitant, si possible, d'appeler ses joueurs Jo-Wilfried Tonga et Richard Casquette.