Castilla y León : le meilleur est-il encore (provisoirement) caché ?

Dégustation : Pedro Ballesteros MW, Dirk Rodriguez et Marc Vanel Publié le - Mis à jour le

Essentielle Vino Il n’est pas dans nos habitudes de publier des commentaires sur des vins qui ne sont pas disponibles chez nous. Mais, une fois n’est pas coutume, nous vous présentons une sélection de vins qui mériteraient de trouver un importateur en Belgique, ou que vous pourriez découvrir lors d’un séjour en Espagne, c’est une autre manière de voir les choses.

Ces vins ont été dégustés et sélectionnés par notre collaborateur Pedro Ballesteros, le seul Espagnol à avoir décroché le titre de Master of Wine, dont les avis sont soigneusement examinés, surtout lorsqu’il parle de vins espagnols… Nous avons dégusté en équipe une large sélection de vins rouges de Cigales, Toro et Ribera del Duero et retenu les huit meilleurs !

La DO Cigales, connue pour ses « clarete » (un vin rouge avec une très courte macération), est en mesure de faire de très bons rouges également. Deux vins ont survécu à une sélection stricte parmi les vins envoyés : Ovidio Garcia ‘Esencia’ Crianza 2014 (un vin juteux, généreux, pur, plaisant - 88/100) et Sinforiano ‘Centenarias’ Reserva 2009 (un vin de garde mais un fruit toujours bien présent et beaucoup de finesse - 90/100). L’honnêteté nous oblige à dire qu’une partie de la gamme de Ovidio est importée par Uvinum, et que Armando’s Vineyard importe les vins de Sinforiano. Nous présenterons dès lors en juin une plus large dégustation de Cigales.

Toro, peut-être l’expression espagnole la plus pure de ce que doit être un vin rouge, a déjà prouvé dans le passé qu’il pouvait tenir tête aux vins de la Ribera. Pedro a relevé quelques pépites. Heredad de Urueña ‘Moisés’ 2011 fit forte impression (nez de cèdre, épais, concentré, clairement un vin de luxe mais une finale de grande classe – 91/100). Estancia Piedra a vraiment enchanté (grande classe en bouche malgré un nez légèrement évolué – 89/100). Ce podium se clôture avec le plaisant Dominio del Bandito ‘El Primer Passo’ 2015, très jeune mais convaincant (exubérant avec beaucoup de bois mais tout à fait dans le style de Toro – 87/100).
Pour la Ribera del Duero, nous avons reçu tellement d’échantillons que nous avons dû déguster en plusieurs fois les Joven/Roble (jeunes avec un séjour court en barrique – 2015 et 2014), les jeunes Crianza (deux ans d’élevage dont 12 mois de barrique - millésimes 2013/2012/2011) et les vieux Crianza et Reserva (2010 ou plus vieux). Chez les “jeunes”, Valtravieso VT Tinta Fina 2014 s’est démarqué (puissant, gourmand, structuré – 89/100), juste devant le Sarmentero Tempranillo 2014 (juteux, expressif, légèrement animal – 88/100).
Ensuite, dans les vins qui ont davantage connu la barrique, à nouveau deux bouteilles qui émergent : Valdepilla de Milénico Tempranillo 2012 (concentration et fraîcheur, expressif– 91/100), suivi par Legaris Reserve 2011 (pur, agréable, crémeux, tanins juteux – 90/100. Le ‘Calmo’ est également très bien).
Enfin, les plus âgés, les Reserva : Mirat Reserva 2004 démontre sa grande classe même après 13 ans d’âge – il faut préciser que ces vins ne sont mis sur le marché qu’après dix ans (un vin à son sommet, délicat, un vin unique – 95/100. Le 2005 est aussi top, mais un peu plus évolué). Puis, O. Fourier ‘Alafaspiga’ 2008 qui prouve à nouveau le grand potentiel de garde des grands Ribera (encore juteux, des tanins parfaitement fondus – 93/100) et enfin, le Nexus Crianza 2010 qui mérite lui aussi une place dans cette sélection (soyeux, classe, plaisir à l’état pur – 91/100). Enfin, une classe en soi : Valduero 6 Años (très complexe avec un équilibre affiné. Top. 93  %).
Dégustation : Pedro Ballesteros MW, Dirk Rodriguez et Marc Vanel