Essentielle Vino Rassemblant tous les acteurs du vin au Grand-Duché et constitué en 1965 comme mutuelle, le Fonds de solidarité viticole joue aujourd’hui surtout un rôle de promotion des Vins et Crémants luxembourgeois. Présent dans de nombreux salons internationaux, il fédère trois groupements de producteurs et comporte également deux représentants de l’Etat, le directeur de l’Institut viti-vinicole ainsi qu’un représentant du ministère de l’Agriculture, de la Viticulture et de la Protection des Consommateurs.

© Luxembourg Vins&Crémants


Les coopératives Domaines Vinsmoselle
La première coopérative luxembourgeoise a été fondée en 1921 par Paul Faber avec 25 vignerons autour de Grevenmacher. L’exemple sera suivi en 1927 à Stadtbredimus, en 29 à Greiveldange, en 30 à Wormeldange et à Wellenstein et en 1948 à Remerschen. Divers groupements s’opèrent pour finalement donner naissance en 1966 à Domaines Vinsmoselle en tant qu’organisation faîtière des cinq coopératives, la cave de Wormeldange les rejoignant en 1988. Désormais le plus grand producteur au Grand-Duché et disposant de 800 hectares de vigne, “Vinsmoselle, précise son directeur Patrick Berg, a apporté dès sa fondation, une importance majeure à la qualité de ses vins. Un effort qui se traduit aujourd’hui par notre propre Charte des Crus, la Charte Schengen Prestige, la Charte des Crémants. Nous occupons à temps plein un œnologue qui accompagne nos vignerons dans la cultivation des vignes, nous disposons de notre propre laboratoire d’analyse et tous nos vins et crémants sont évalués par un comité technique". Finalement, poursuit-il, "l’appellation Crémant de Luxembourg a été initiée par les Domaines Vinsmoselle dès 1989. Nous avons lancé en premier le 15 novembre 1991 le Crémant de Luxembourg avec notre marque Poll-Fabaire. Dès le départ, nous avons proposé une gamme de six cuvées produites depuis cette date à Wormeldange, dans le "Centre d’élaboration des Crémants Poll-Fabaire".
Infos : vinsmoselle.lu

L’organisation professionnelle des vignerons indépendants – OPVI
Fondée en 1966, cette organisation, explique son président Ern Schumacher, “s’investit avec force pour représenter les intérêts des vignerons indépendants luxembourgeois. L’objectif est l’engagement en faveur des intérêts sociaux et économiques, ainsi que la promotion de la qualité de nos vins.” L’OPVI négocie le prix des raisins, des moûts et du vin avec les maisons de négoce. “Nos vignerons détiennent environ 520 hectares de vigne, ce sont 28 vendeurs de raisins et 50 entreprises assurant elles-mêmes leur promotion. Des vignobles magnifiquement exposés, des cépages classiques et cette aspiration permanente à améliorer la qualité, voilà ce qui distingue nos entreprises." L’OPVI est également membre de la Confédération européenne des Vignerons indépendants (CEVI).
Infos : www.privatwenzer.lu.

La Fédération luxembourgeoise des vins et spiritueux
Six "Producteurs-Négociants et promoteurs des vins mousseux" représentent près de 17 % des exploitations et sont réunis depuis 1928 au sein d’une fédération présidée actuellement par Antoine Clasen (DG de Bernard-Massard) et président fraîchement nommé du Fonds de Solidarité viticole pour une année. “Le public ne comprend pas toujours ce qu’est un producteur-négociant, commente celui-ci. Nous avons nos propres vignes mais nous achetons aussi des raisins à plusieurs vignerons luxembourgeois (ou étrangers) avec qui nous avons créé une relation de confiance et nous importons également des vins. Notre Fédération a pour but de défendre nos intérêts tant au niveau local qu’international, mais aussi de négocier le prix des raisins avec les vignerons privés en fonction du millésime, de la saison, du degré de sucre, etc. Enfin, pour ce qui concerne le Fonds de solidarité viticole, je vais tâcher de rassembler et de faire en sorte que nous parlions tous d’une même voix. C’est important pour ouvrir le Luxembourg à l’étranger et valoriser notre diversité de terroirs et de cépages. Le public s’intéresse de plus en plus aux produits locaux, aux petites productions et nous avons des histoires à leur raconter. »
Infos : Fonds de solidarité viticole, rue Nic Kieffer, B.P. 50 à L-5501 Remich, tél. (+352) 23 69 92 88.