Le Domaine du Chenoy fête ses 15 ans

Marc Vanel Publié le - Mis à jour le

Essentielle Vino

En conversion bio depuis juillet dernier, le Domaine du Chenoy (Emines) accueille aussi un nouvel associé qui va faire bouger les lignes et organise un week-end de fête les 9 et 10 décembre.

© Marc Vanel

Le domaine du Chenoy est probablement l’un des domaines viticoles belges les plus connus : son propriétaire n’est autre que Philippe Grafé, anciennement associé à son frère dans les vins Grafé-Lecocq, une maison de négoce connue dans tous les foyers wallons. En 2000, alors qu’il aurait dû entamer une retraite méritée, Philippe Grafé décide de se lancer dans la production de vin non loin de Namur. En 2002, il acquiert la ferme du Chenoy à Emines et plante au printemps 2003 dix hectares de cépages dits interspécifiques ou hybrides, alors quasiment inconnus en Belgique.

Ces cépages, souvent d’origine allemande ou suisse, ont été créés par greffes successives dans des instituts de recherche, mais il ne s’agit absolument pas d’OGM. Au contraire, leur qualité première est de résister aux maladies courantes de la vigne qui se développent plus facilement dans des climats humides tels que le nôtre. Cultiver en interspécifique n’est pas cultiver bio, mais cela y ressemble furieusement.

Au fil des années et découvrant un métier qu’il ne connaissait pas, Philippe Grafé fait ses expériences, parfois moins heureuses, et produit désormais une moyenne de 50.0000 bouteilles par an. Il va surtout influencer une nouvelle génération de viticulteurs: le Château de Bioul, Vin de Liège, la Ferme du Chapitre et d’autres sont ses héritiers directs, tout comme son voisin du Ry d’Argent.


Reprise

Mais les années passent, l’homme songe à raccrocher. Dans sa recherche d’un repreneur, il rencontre Fabrice Wuyts qui investit et qui devient gérant du Chenoy, même si Philippe Grafé continue à mener le navire au quotidien du navire. En 2017, alors qu’il fête ses 80 printemps, notre viticulteur-entrepreneur rencontre enfin la perle rare et il faut reconnaître qu’il a frappé fort. Originaire de Mouscron et licencié de Gembloux, Jean-Bernard Despatures s’est installé en 1997 à Bordeaux et fut notamment directeur technique des Châteaux Dutruch Grand Poujeaux et Anthonic. Excusez du peu.

Souhaitant revenir en Belgique pour offrir une meilleure scolarité à ses enfants, il rencontre Fabrice Wuyts et Philippe Grafé qui le séduit complètement, tant l’homme que son projet. Dès son arrivée, il entame la certification bio du domaine du Chenoy (qui ne sera effective qu’en 2019). Une démarche dont les prémices étaient déjà posées depuis des années et auxquelles il ne manquait pas grand chose pour aboutir.


C’est la fête !

L’expérience bordelaise de Jean-Bernard va apporter une vraie plus-value au Chenoy. Les assemblages vont certainement évoluer, d’autant plus que le domaine va être conseillé par l’œnologue français Eric Boissonot qui travaille pour plus de 180 propriétés dont Latour, Lafite Rotschild, Léoville Las Cases! Quelle chance pour notre pays microscopique sur la scène mondiale du vin ! Dans le même esprit bordelais, il ne serait pas étonnant que les premières barriques débarquent au domaine! Du changement en perspective donc.

Pour fêter les 15 ans de son achat et bientôt les 15 ans de ses premières plantations, Philippe Grafé a organisé un week-end festif les 9 et 10 décembre 2017 . A cette occasion, un carton de 6 vins rouges est offert à l'achat de deux cartons de rouge ! Une belle occasion de vous convaincre de la qualité de la production du Chenoy et de découvrir sa fameuse Butte aux Lièvres.

Infos: www.domaine-du-chenoy.com

Vidéos sur https://www.youtube.com/results?search_query=domaine+du+chenoy


Marc Vanel