Finances L’indice Euronext Family Business vient de souffler sa première bougie.

Euronext, qui compte 229 entreprises familiales, a créé, en avril 2017, le premier indice européen dédié à ce type de sociétés, l’Euronext Family Business. Il vise à mettre en valeur les performances de 90 entreprises familiales cotées sur les marchés des quatre pays couverts par Euronext : la Belgique, la France, les Pays-Bas et le Portugal.
Les critères retenus pour faire partie de cet indice sont le caractère familial de l’entreprise, sa liquidité (80 % des valeurs les plus liquides dans chaque catégorie) et sa capitalisation (Blue chip : supérieure à 1 milliard d’euros – Entreprise de taille intermédiaire : comprise entre 150 millions et 1 milliard d’euros – Petite et moyenne entreprise : inférieure à 150 millions d’euros). Chaque catégorie comprend 30 entreprises.
Parmi les 90 sociétés de l’indice, on compte 14 entreprises belges. Euronext procède à des révisions périodiques de l’index et, publie les résultats de chaque révision

Liste des sociétés belges cotées sur Euronext Family Business au 18 avril 2018
AB INBEV
MIKO
CIE BOIS SAUVAGE
SIOEN
CO.BR.HA
SIPEF
COLRUYT
SOLVAY
GBL
TEXAF
GREENYARD
UCB
IMMOBEL
VAN DE VELDE

Beaucoup d’entreprises familiales renferment des trésors non exploités
Notre but, explique Vincent Van Dessel, Président et CEO d’Euronext Bruxelles, est d’assurer la continuité de l’entreprise familiale au travers de la cotation en Bourse. Il estime qu’il y a des contraintes mais qu’elles ont pour objectif d’assurer une gestion professionnelle de la société, ce qui finalement profite à tous les actionnaires et, en premier lieu, aux actionnaires familiaux. L’introduction en Bourse permet aussi la promotion des entreprises familiales, garantit leur suivi par des analystes, leur offre une meilleure visibilité et facilite la levée de capitaux.
Investir dans les entreprises familiales offre de bonnes performances en Bourse.

FamilyShare
Après le succès de TechShare, qui a pour but d’initier les PME innovantes aux marchés financiers, Euronext a créé un deuxième programme en 2017, le FamilyShare.
Cette initiative mérite l’attention des entreprises familiales qui représentent, en Belgique, les trois quarts des sociétés, un tiers du PIB et pourvoient 45 % de l’emploi. Etant donné leur poids considérable dans notre économie, Vincent Van Dessel juge qu’il est important de les aider à se développer en leur montrant le chemin de la Bourse. Mais, il est conscient des difficultés à cet égard et n’hésite pas à dire que la tradition transmise depuis des générations pour vivre heureux, vivons cachés n’est pas synonyme d’ouverture à la modernité. « C’est aussi l’avis des jeunes du XXIe siècle qui vivent à une époque où règnent la mondialisation et la transparence. Nombreux, parmi eux, voient beaucoup plus loin et sont désireux de développer l’entreprise de papa au-delà de nos frontières » explique Vincent Van Dessel.

Etre coté en Bourse offre beaucoup d’avantages. Pour les entreprises, qui ont un projet de croissance, cela permet l’émission d’actions ou d’obligations. Il y a de nombreux exemples de sociétés qui se sont développées à l’international grâce à des levées de fonds, tout en préservant la majorité des parts au sein de la famille. Lors de la transmission de l’entreprise aux générations suivantes, les choses sont simplifiées. Puisque les actions sont cotées en Bourse, ce n’est pas un expert qui doit en fixer la valeur. Cela évite les conflits et assure une meilleure pérennité de l’entreprise. « La cotation apporte aussi un élargissement en matière de ressources humaines car elle attire beaucoup plus de talents » ajoute Vincent Van Dessel.

En quoi consiste le programme FamilyShare ?
Il s’adresse aux dirigeants, actionnaires ou membres de la famille des sociétés non cotées en Bourse qui sont à la recherche de capitaux pour se développer. Il s’agit d’un programme individualisé et gratuit sous forme de réunions avec les meilleurs experts (avocats, réviseurs, sociétés de communication, family offices, intermédiaires financiers …). Chaque personne bénéficie aussi d’un coaching personnalisé. Cette formation est totalement gratuite, dure de six à douze mois et comprend quatre à dix séances.
« Bien que ce programme vienne de démarrer, nous sommes déjà en contact avec six sociétés intéressées. Ce sont surtout les jeunes générations qui font la démarche. Notre objectif est d’avoir des entreprises qui sortent du lot, qui se développent au-delà de nos frontières, qui soient introduites en Bourse mais, qui restent en Belgique » conclut Vincent Van Dessel.
Avis aux amateurs !

www.euronext.com