Finances Dans les années 1980, les femmes étaient peu présentes dans les entreprises familiales. Lorsque c’était le cas, elles n’occupaient que des emplois subalternes.

Mais, les choses ont bien évolué et l’on trouve, de nos jours, de plus en plus de femmes à la tête de ces sociétés. Et, même dans des secteurs très masculins. Pourquoi pas ? On retrouve bien des hommes à la tête d’entreprises qui fabriquent des « petites culottes » comme la société de lingerie couture française, Lise Charmel.
Diane Govaerts (33 ans), titulaire d’un diplôme de la Solvay Business School illustre bien cette nouvelle tendance. Elle vient de reprendre les rênes du groupe international de transport Ziegler qui emploie 3300 personnes. Après trois générations, elle est la première femme aux commandes de la société. Sa mère, Olivia Govaerts-Ziegler, qui est responsable de l’analyse de crédit des clients, occupe aussi un rôle important dans l’entreprise.
C’est aussi le cas de Delphine Bourguignon de la société Bourguignon SA, une entreprise familiale active dans le négoce du bois depuis trois générations. Elle explique : « Parfois, je peste. Au téléphone, il arrive très souvent qu’un client insiste pour parler à un homme. Mais lorsque j’ai prouvé mes compétences, il préfère que je suive son dossier car il sait que je suis efficace et qu’il aura une réponse rapide. Les femmes n’ont pas toujours la crédibilité. Il faut se battre, ne pas se décourager et faire sa place ».
Quant à Virginie Dufrasne, elle a succédé à son père à l’âge de 26 ans à la tête de l’entreprise familiale Lixon. Lourde tâche lorsque l’on sait que cette société de travaux publics et privés, qui existe depuis 1895, emploie 220 personnes. Et, en tant que femme, il faut s’imposer même si l’on est la fille du patron ! Virginie Dufrasne raconte avec humour « Au début, quand j’étais sur un chantier, certains ouvriers me sifflaient et quand j’arrivais en réunion, on me demandait souvent d’aller chercher le café ». La jeune femme tient à conserver le caractère familial de la société mais, utilise les outils technologiques d’aujourd’hui. Elle accorde une grande importance aux nouvelles normes et est très concernée par la construction passive et basse énergie.

Etude sur le rôle de la femme dans les entreprises familiales
Vu l’importance grandissante du rôle de la femme dans les entreprises familiales, l’Institut de l’Entreprise Familiale (IEF) a demandé à HEC-Ulg d’effectuer une étude scientifique à ce sujet en 2012. Cette étude a été menée auprès de plus de 130 sociétés.
Trois constatations se dégagent de cette enquête :
  1. Bien que les femmes soient présentes dans les principaux organes de direction des EF (actionnariat, conseil d’administration et comité de direction), elles restent bien souvent minoritaires
  2. Les hommes sont en général majoritaires dans des fonctions financières, opérationnelles, de vente, de marketing et de direction. Quant aux femmes, on les retrouve plus souvent dans des fonctions administratives et de ressources humaines.
  3. 40 % des personnes interrogées pensent que ce ne sera pas la fille du dirigeant qui reprendra la société.
« Les hommes viennent de Mars, les femmes viennent de Venus »
Hommes et femmes ont chacun leur propre nature et leur propre rôle dans la famille. Dès lors, il n’est pas étonnant que les femmes aient une manière différente de travailler et un autre style de management que celui des hommes. Elles ont une plus grande capacité d’écoute et de communication. Ce qui est très important à l’ère de la transparence. Elles aiment le dialogue et apportent des solutions aux conflits. Ce sont les raisons pour lesquelles elles occupent souvent des postes aux ressources humaines.
La vie de la femme moderne n’est pas de tout repos. Elle doit gérer son temps, jongler entre ses obligations familiales, l’organisation de la maison et sa profession. Voilà pourquoi elle est plus organisée, plus minutieuse et plus rigoureuse que l’homme. Très attachée à sa famille, elle est aussi très attachée à sa société. Toutes ces qualités en font une très bonne cheffe d’entreprise.
Mesdames, Mesdemoiselles, Il faut avoir une politique à long terme. Impliquez-vous très tôt dans la société de papa et de maman, ayez des diplômes à votre arc, suivez des formations et mettez les armes de votre côté pour être prêtes, le moment venu, à accéder à un poste de responsabilité dans l’entreprise familiale !