Le terreau sans tourbe est arrivé

Ce printemps, un terreau différent ne passera pas inaperçu dans les jardineries. Avec le soutien de l'association `Réserves naturelles RNOB´, un terreau sans tourbe est maintenant disponible.

LUC NOËL
Le terreau sans tourbe est arrivé
©www.bricomarche-fecamp.fr

L'objectif: protéger les dernières tourbières, ces milieux naturels exceptionnels où sont extraites les tourbes incorporées dans les terreaux. La tourbe est un matériau fossile issu de la lente décomposition des mousses croissant dans les zones humides très particulières que sont les tourbières. Acide et peu fertile, la tourbe constitue néanmoins un ingrédient de base des terreaux car elle cumule des propriétés importantes pour la composition d'un bon substrat de culture. La structure de la tourbe apporte de la légèreté: le terreau ne forme pas une masse compacte lourde et asphyxiante pour les racines. La tourbe possède aussi un grand pouvoir de rétention d'eau. Une jardinière au volume limité pourra conserver une quantité appréciable d'eau pour les géraniums qui la colorent.

Un futur en préparation. Alors que la demande de terreaux est en croissance, il est évident que l'on ne pourra plus prolonger indéfiniment l'extraction de tourbe dans les tourbières encore en exploitation. Ces milieux naturels étant largement protégés dans l'Union européenne, ce sont surtout des pays de l'ancien bloc soviétique comme l'Estonie qui permettent encore l'approvisionnement. Partout en Europe, les fabricants étudient donc des compositions de terreaux sans tourbe. Les matériaux alternatifs utilisés: du papier déchiqueté, des écorces moulues, de la sciure, des fibres de bois compostées, de la perlite (un minerai volcanique inerte et léger), de la vermiculite (un mica expansé à la chaleur qui présente une bonne rétention d'eau), etc. En Angleterre, la Royal Horticultural Society a testé les formulations déjà disponibles. Les résultats sont prometteurs. Des terreaux sans tourbe se sont montrés supérieurs. D'autres posent problème, les plantes ne poussant pas ou leur feuillage jaunissant, le substrat séchant trop vite ou se compactant en une masse dure. S'il est heureux de constater que les jardiniers ne seront pas la cause de la destruction des dernières tourbières, il faut donc aussi craindre une période de transition durant laquelle des terreaux ne seront pas nos meilleurs alliés.

© La Libre Belgique 2002


Trucs et astuces: un tamis pour un bon terreau. Prenez un terreau universel du commerce. Passez-en quelques poignées au crible d'un tamis aux mailles de cinq millimètres vendu en quincaillerie et voici qu'apparaissent des bouts de bois, des fragments d'écorce, de longues fibres. Pour la constitution d'un terreau de base au prix compétitif, non seulement les fabricants économisent le tamisage, mais certains augmentent encore la proportion de ces déchets qui contribuent à remplir à bon compte le sac de plastique. Il faut savoir que les matières organiques encore brutes ont un impact négatif sur la fertilité du terreau. Nous pouvons même perdre une partie du bénéfice des engrais apportés dans le substrat. Or, le développement d'une tomate ou d'une plante annuelle ne dure que quelques semaines. Nous avons donc besoin d'un terreau qui offre de la fertilité plutôt que d'en consommer. Si nous ne souhaitons pas utiliser un terreau plus affiné et donc plus cher, un tamis est indispensable.