Une déclaration pour la paix. Quid dans les faits?

L'engagement de 14 chefs d'Etat africains à promouvoir la paix dans la région des Grands lacs, résultat de la conférence organisée vendredi et samedi à Dar es Salam en Tanzanie (lire LLB des 20 et 21/11/04), est un premier pas et un signe d'espoir, mais il reste de nombreux défis à relever pour traduire cet engagement dans les faits.

(AFP)

L'engagement de 14 chefs d'Etat africains à promouvoir la paix dans la région des Grands lacs, résultat de la conférence organisée vendredi et samedi à Dar es Salam en Tanzanie (lire LLB des 20 et 21/11/04), est un premier pas et un signe d'espoir, mais il reste de nombreux défis à relever pour traduire cet engagement dans les faits. «Ce n'est pas la fin. Ce n'est pas la fin du début, c'est le début du début», a rappelé le secrétaire général de l'Onu, Kofi Annan, après la signature par ces chefs d'Etat d'une «Déclaration pour la paix, la sécurité, la démocratie et le développement» dans la région. «Parrains» de ce texte, M.Annan et le président en exercice de l'Union africaine (UA), le chef de l'Etat nigérian, Olusegun Obasanjo, ont souligné que le «vrai test» serait la mise en application de cette déclaration très générale.

Le document s'engage notamment à «empêcher tout soutien direct et indirect» aux groupes armés dans la région, sans toutefois les nommer. Il s'agit essentiellement des rebelles hutus rwandais et burundais réfugiés dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC). Le texte, de onze pages, stipule également qu'il faut leur «interdire» de lancer des attaques contre les pays membres mais se garde bien de préciser comment désarmer ces rebelles, qui refusent de l'être par la force et ont toujours privilégié l'option militaire. La déclaration prévoit également de «mettre en place un cadre régional de sécurité pour la prévention, la gestion et le règlement pacifique des conflits».

«Il y a de l'espoir»

Depuis le génocide de 1994 au Rwanda, l'Afrique des Grands lacs, véritable «poudrière» du continent, a connu un cycle de guerres civiles et régionales, qui ont fait des millions de morts. Aujourd'hui, la RDC et le Burundi sont engagés dans des processus de paix devant aboutir à des élections générales en 2005. En Ouganda, gouvernement et rebelles ont annoncé une trêve, première étape pour mettre un terme à la guerre civile ravageant le nord du pays depuis 1986.

«Quand on voit d'où viennent ces pays, on ne peut que se féliciter de ce premier pas. Il y a de l'espoir», a souligné un spécialiste de la région ayant requis l'anonymat.

© La Libre Belgique 2004