De drôles de laquais au Palais royal

En 2005, lors d’une visite au Smak, le musée d’art contemporain de Gand, cher à Jan Hoet, la reine Paola avait été séduite par les œuvres de l’artiste gantois Michaël Borremans. Dans le cadre de la politique d’ouverture de la Cour aux expressions artistiques modernes, elle envisagea d’intégrer certaines de ses créations dans le très classique environnement du Palais. Depuis l’avènement du roi Albert et de la reine Paola, la Collection royale s’est ainsi rajeunie grâce à des œuvres de Jan Fabre, Marthe Wéry, Dirk Braekman ou encore Patrick Corillon.

Christian Laporte

En 2005, lors d’une visite au Smak, le musée d’art contemporain de Gand, cher à Jan Hoet, la reine Paola avait été séduite par les œuvres de l’artiste gantois Michaël Borremans. Dans le cadre de la politique d’ouverture de la Cour aux expressions artistiques modernes, elle envisagea d’intégrer certaines de ses créations dans le très classique environnement du Palais. Depuis l’avènement du roi Albert et de la reine Paola, la Collection royale s’est ainsi rajeunie grâce à des œuvres de Jan Fabre, Marthe Wéry, Dirk Braekman ou encore Patrick Corillon.

Restait à trouver un moment opportun pour les y installer Ce furent les travaux de rénovation entrepris à l’occasion de la tenue en octobre prochain à la place des Palais du sommet Europe-Asie. On se rappellera que dans le cadre des restrictions budgétaires générales, le roi Albert s’était engagé à intervenir pour 600000 euros dans ces travaux. Ils sont quasiment terminés et le moins qu’on puisse écrire est que l’environnement palatial s’en trouve rehaussé avec la collaboration de la Liste Civile et de la Régie des Bâtiments. L’une des salles "relookées",consacrée à Albert Ier, a permis d’intégrer les œuvres de Borremans avec la complicité de l’antiquaire Axel Vervoordt qui s’est penché sur le bureau du Roi-Chevalier et a réimaginé la salle avec ce double apport, conseillé aussi par la reine Paola.

L’artiste de son côté la rencontra également et il décida de travailler non point sur les rois mais sur les laquais, ces acteurs ô combien importants dans le quotidien d’un palais encore que les employés actuels n’ont plus grand-chose à voir avec les serviteurs d’antan. Michaël Borremans a franchi un pas de plus en les imaginant dans un monde surréaliste et un brin énigmatique où ils portent leur livrée à l’envers ou adressent même des coups de cils aux visiteurs !

Dans une salle consacrée à Léopold Ier, le portrait du premier Roi des Belges est flanqué d’une image digitale presque vivante d’un laquais qui bouge à peine, à l’image de ces artistes de rue qui s’immobilisent comme des statues avant de nous effrayer

C’est le "clou" des expositions de l’été, inaugurées mardi en présence du Roi et de la Reine mais il serait injuste de négliger "Des animaux et des hommes" soutenue par la Politique scientifique fédérale où sont confrontés des objets d’art d’exception et des animaux naturalisés de quatre grands musées fédéraux (Beaux-arts, Beaux-arts et Histoire, Sciences naturelles et Afrique centrale à Tervuren. Enfin, comme les années précédentes, Technopolis, le centre flamand des sciences et de la technologie présente un lot de nouvelles expériences qui initient les jeunes aux sciences. Présidence européenne oblige, des institutions-sœurs d’autres pays de l’Union sont de la partie. De quoi passer un moment passionnant au Palais de Bruxelles lorsque le soleil se cachera quelque peu

Du 26 juillet au 5 septembre, tous les jours, sauf le lundi de 10h30 à 16h30