Les avantages des nanoparticules

Partout. Elles sont discrètes, plus que minuscules mais omniprésentes sur le marché et dans la vie quotidienne. Les nanoparticules apparaissent dans les textiles antiodeur, la cosmétique (les nanoparticules d’argent rendent la crème blanche), les médicaments (les nanoparticules de silice fixent les substances), le sport (les nanotubes de carbone rendent raquettes ou vélos plus légers) "Les nanomatériaux sont des matières chimiques formées de particules de taille nanométrique, c’est à dire dont au moins une dimension est inférieure à la centaine de nanomètres, explique le Pr Buess (ULB). Un nanomètre est un milliard de fois plus petit que le mètre. En fait, les nanomatériaux existent depuis de nombreux siècles, mais ce qui a changé, c’est qu’à présent, les techniques permettent de voir ces nanomatériaux et d’évaluer comment ils se comportent." Particularité : ces nanoparticules ont des propriétés différentes de leurs homologues de taille "normale". Elles ont un rapport surface sur volume plus grand. Exemple : si on pose une balle de tennis sur une table, la surface en contact avec la table sera assez limitée. Si on divise cette balle en de nombreuses petites billes, la surface occupée par toutes ces billes sera bien plus grande. En d’autres termes, la surface d’interaction des nanoparticules avec l’environnement sera plus conséquente, elles seront dotées d’une réactivité potentiellement plus importante, et participeront à davantage de réactions chimiques. "Pour avoir le même effet, il faut beaucoup moins de matière." Et cet avantage est utilisé dans les domaines variés où l’on retrouve déjà les nanoparticules. Elles seraient cependant absentes au sein des aliments vendus en Europe. Selon l’Agence belge pour la sécurité de la chaîne alimentaire, il n’y a pas encore de nanoparticules introduites de façon délibérée dans les aliments chez nous. On en est encore au stade de la recherche. "Jusqu’à présent, aucun dossier ‘Novel Food’ (voir ci-contre) pour un nano-ingrédient n’a été introduit auprès de l’Europe, et aucune autorisation n’a donc été donnée", ajoute la Fevia, la fédération de l’industrie alimentaire. So. De.

Partout. Elles sont discrètes, plus que minuscules mais omniprésentes sur le marché et dans la vie quotidienne. Les nanoparticules apparaissent dans les textiles antiodeur, la cosmétique (les nanoparticules d’argent rendent la crème blanche), les médicaments (les nanoparticules de silice fixent les substances), le sport (les nanotubes de carbone rendent raquettes ou vélos plus légers) "Les nanomatériaux sont des matières chimiques formées de particules de taille nanométrique, c’est à dire dont au moins une dimension est inférieure à la centaine de nanomètres, explique le Pr Buess (ULB). Un nanomètre est un milliard de fois plus petit que le mètre. En fait, les nanomatériaux existent depuis de nombreux siècles, mais ce qui a changé, c’est qu’à présent, les techniques permettent de voir ces nanomatériaux et d’évaluer comment ils se comportent." Particularité : ces nanoparticules ont des propriétés différentes de leurs homologues de taille "normale". Elles ont un rapport surface sur volume plus grand. Exemple : si on pose une balle de tennis sur une table, la surface en contact avec la table sera assez limitée. Si on divise cette balle en de nombreuses petites billes, la surface occupée par toutes ces billes sera bien plus grande. En d’autres termes, la surface d’interaction des nanoparticules avec l’environnement sera plus conséquente, elles seront dotées d’une réactivité potentiellement plus importante, et participeront à davantage de réactions chimiques. "Pour avoir le même effet, il faut beaucoup moins de matière." Et cet avantage est utilisé dans les domaines variés où l’on retrouve déjà les nanoparticules. Elles seraient cependant absentes au sein des aliments vendus en Europe. Selon l’Agence belge pour la sécurité de la chaîne alimentaire, il n’y a pas encore de nanoparticules introduites de façon délibérée dans les aliments chez nous. On en est encore au stade de la recherche. "Jusqu’à présent, aucun dossier ‘Novel Food’ (voir ci-contre) pour un nano-ingrédient n’a été introduit auprès de l’Europe, et aucune autorisation n’a donc été donnée", ajoute la Fevia, la fédération de l’industrie alimentaire. So. De.