Belgique

Selon les chiffres (stables depuis plusieurs années déjà dévoilés par nos confrères de la Dernière Heure), 10 % de la population francophone du pays ne sait ni lire ni écrire… ils sont analphabètes. L’illettrisme touche toutefois un public bien plus large, en témoignent les dernières statistiques Pisa, qui dévoilaient que 28 % des jeunes de 15 ans ne comprenaient pas ce qu’ils lisaient…

Interpellant, faut-il le reconnaître. Ce jeudi, c’est la Journée internationale de l’alphabétisation, une occasion à ne pas manquer pour l’ASBL Lire et Écrire qui s’est associée au chanteur et acteur Jean-Luc Fonck pour réaliser un clip de sensibilisation à la problématique de l’illettrisme, “car c’est le problème de tous”.

“Ce que nous cherchons très concrètement via nos actions, ce sont des agents relais” , précise Anne, de Lire et Écrire. Entendez par là des personnes qui peuvent renseigner aux victimes de l’analphabétisme les moyens de résoudre cette lacune. Principale difficulté dans la lutte contre l’illettrisme en effet : l’aveu de l’illettré. “Et pourtant, il y a chez nous une liste d’attente importante”.

Preuve que les stages d’alphabétisation ne sont pas vains. Du côté de l’ASBL, uniquement à Liège, Huy et Waremme, “on ne compte pas mois de 450 stagiaires par an, et nous ne représentons qu’un quart des stagiaires”. Mais ce qui frappe le plus ceux qui sont en contact direct avec ces stagiaires, ce sont les stratégies mises en place par l’analphabète pour éviter d’être démasqué, “comme le bandage au bras pour ne pas écrire, l’oubli des lunettes pour éviter de lire” …

Qu’est-ce qui pousse à se dévoiler? “Bien souvent, une question de boulot ou le ras-le-bol d’être ainsi mis à l’écart” . Pour faire passer son message et trouver un maximum d’agents relais, l’ASBL diffusera donc, sur les télévisions locales liégeoise et verviétoise, notamment, un clip mettant en scène Jean-Luc Fonck, lisant en rue, seul, en groupe, debout, couché… avec un message: “Tout dépend de la position” .

Le clip sera à voir, sur écran géant, place Saint-Lambert ce jeudi. L’ASBL ouvre ses portes à tous les profils, dès 18 ans.