Belgique

A Bruxelles, près d’un enfant sur deux naît d’une mère non-belge à l’accouchement. Leur langue première n’est donc pas la langue de l’enseignement. "Contrairement à ce que nous pourrions penser, pointe Claire Faber, thérapeute du langage, des études témoignent que les élèves de 2e ou 3e génération ne parlent pas mieux et même souvent moins bien que la génération qui les précède." Il est donc "essentiel d’être conscient de ce problème et d’en connaître la cause, si on veut y remédier". Un travail auquel elle se consacre depuis de nombreuses années.

Tout commence au début des années 60. Fraîchement diplômée institutrice primaire, Claire Faber est contactée pour prendre part au projet du Dr Olivier Périer, père de deux enfants sourds : créer une "Ecole intégrée" afin d’offrir une éducation de qualité aux enfants sourds ou malentendants.

"Je n’ai été institutrice que deux ans, raconte-t-elle, car, très vite, le Dr Périer a découvert le travail du linguiste Guberina. Celui-ci avait mis au point une méthode d’approche du français pour les enfants sourds : la méthode verbo-tonale." La jeune femme choisit de se former à l’une des trois techniques développées dans ce cadre : "Le rythme corporel, c’est-à-dire essayer de faire sortir les phonèmes (NdlR : sons) du français à travers des mouvements du corps, donc des mouvements somatiques globaux, pour favoriser la mise en place des organes phonateurs." Les deux autres techniques étant la logopédie et le rythme musical, qui travaille plus spécifiquement le rythme et l’intonation en utilisant comme matériau de base des syllabes reprises dans des comptines.

Elle souligne : "La base de cette méthode est l’entrée naturelle en langage." Explication : "Au départ, le bébé est un écouteur universel : il entend les sons de quasi toutes les langues. Puis, progressivement, mais très rapidement, il va éliminer les sons qui ne font pas sens pour lui dans le système linguistique de la langue maternelle. A quelques jours, il marque une préférence pour la voix de sa mère et la langue de son entourage : il met déjà en place ce qui sera son crible phonologique."

A la suite du succès que rencontre l’Ecole intégrée se développe le Centre comprendre et parler, où Claire Faber est employée comme thérapeute du langage. Pendant 27 ans, elle y pratiquera, entre autres, la méthode du rythme corporel et du rythme musical. "Je travaillais en petits groupes ou en séances individuelles, aussi bien avec des enfants malentendants de 2,5 ans qu’avec de jeunes adultes".

De nature "très curieuse", elle décide, au terme de ces 27 années, de reprendre des études. Parallèlement, elle devient bénévole pour l’association Abracadabus qui envoie des "grands-parents conteurs" dans des classes maternelles de la capitale.

C’est dans le cadre de cette activité qu’elle fait la connaissance d’une jeune institutrice qui se montre très préoccupée par le mutisme d’une de ses petites élèves d’origine turque. Forte de son expérience de travail d’acquisition de la langue française par les enfants malentendants, Claire Faber lui propose, "pour ne pas singulariser cette fillette, de créer un petit groupe avec 4-5 autres enfants qui présentaient des difficultés en français". C’est à cette occasion qu’elle adapte la méthode du rythme corporel. "Ce n’est pas une méthode miracle, mais trois semaines plus tard, la fillette parlait en classe D’une certaine manière, entraînée par les mouvements, elle a oublié de se taire."

Après ce succès, Claire Faber a été de plus en plus sollicitée pour venir en aide à d’autres enfants. C’est ainsi qu’elle a créé, au sein d’écoles à discrimination positive, des petits groupes (5 à 10 enfants) de stimulation du langage accueillant des élèves de 2,5 ans à 14 ans : des primo-arrivants qui ne possèdent aucune notion du français, des enfants accusant un gros retard de langage et même, plus largement, des élèves en difficulté de communication. De fait, "celui qui apprend une langue étrangère ne discrimine pas certains sons de cette langue lorsque ces sons n’existent pas dans sa langue ou qu’ils n’y sont pas pertinents, expose-t-elle. Dans une certaine mesure et d’une certaine manière, lui aussi est sourd."

Sa méthode (dénommée "La langue en mouvements") (1) ? Utiliser le rythme corporel en y intégrant des éléments du rythme musical (les rythmes phonétiques). Ainsi, précise Claire Faber, "j’ai pris les sons du français qui sont difficiles à acquérir et j’ai recréé des comptines". Les primo-arrivants sont, en effet, confrontés à de nombreuses difficultés liées au français : le phonème "u", quasi absent de toutes les langues pratiquées par nos élèves (par exemple, la plupart des Italiens diront "mour" pour "mur") ; les voyelles dites ouvertes (comme "é") ou fermées ("è") ( en français, il y a 16 voyelles et en arabe classique, 3) ; le découpage en syllabes, les liaisons (le "z" est omniprésent dans les liaisons), etc.

"Les comptines débouchent toujours sur du sens", insiste-t-elle. Par exemple, "j’ai créé une comptine au départ du rythme musical ‘zim, zam, zoum’, associé à des mouvements du corps, pour travailler le ‘z’ en syllabe dans la phrase ‘mes amis du zoo, les animaux’".

Résultats sur le terrain ? "Très souvent, les professeurs me disent : ‘Il/Elle, je ne l’entends jamais en classe et ici, il/elle parle’", se félicite-t-elle.

Sa méthode suscitant de plus en plus l’intérêt de logopèdes, d’enseignants, etc., Claire Faber se concentre aujourd’hui à dispenser des formations au Centre comprendre et parler (2), notamment. De même, alors que les futurs enseignants ne sont pas préparés aux difficultés d’apprentissage du français chez les primo-arrivants, Claire Faber ainsi que deux de ses collègues du Centre - Brigitte Charlier et Catherine Hage, toutes deux logopèdes, docteurs en psychologie et chargées de cours à l’ULB - ont réalisé un module de cours destinés aux professeurs des Hautes écoles responsables de la formation des futurs enseignants. Des professeurs de certaines HE de Liège ont déjà pu en bénéficier.

(1) Claire Faber a rédigé un livre accompagné d’un DVD : "La langue en mouvements, méthode de sensibilisation à la phonologie du français", 2006, Edition modulaire européenne.

(2) Infos au 02.770.04.40. ou sur www.ccpasbl.be.