Belgique

Nacer Bendrer, suspecté par le parquet fédéral d'avoir joué un rôle dans l'attentat visant le Musée juif à Bruxelles et qui a été remis lundi aux autorités belges, a comparu vendredi matin devant la chambre du conseil de Bruxelles en vue d'une éventuelle prolongation de sa détention préventive. Les avocats Me Thomas Descamps et Me Julien Blot ont demandé la remise en liberté de leur client. La chambre du conseil devrait rendre son ordonnance dans le courant de la journée. Le jeune homme de 26 ans nie toute participation à l'attentat. "Nous allons le démontrer et tôt ou tard, notre client sera libéré", a soutenu Me Thomas Descamps. "Le dossier, en ce qui le concerne, est un ballon qui va se dégonfler. Le fait qu'il est considéré comme un complice et non comme co-auteur (des assassinats commis dans un cadre terroriste) est pour nous un signal. En attendant, M. Bendrer collabore à l'enquête mais il est choqué par les charges qui pèsent sur lui. "

Nacer Bendrer n'a pas le profil d'un djihadiste radicalisé, selon ses avocats. L'homme avait été interpellé le 9 décembre dernier à Ceyreste, à une trentaine de kilomètres à l'est de Marseille, en possession d'armes dont deux pistolets automatiques, un fusil de chasse et un fusil mitrailleur de type kalachnikov. Remis lundi aux autorités belges, il a été écroué mardi à la prison de Namur, où il est isolé des autres détenus.