Belgique

On vous connaît mal dans la partie francophone du pays. Comment résumeriez-vous votre programme?

C'est un programme socio-économique très libéral, basé sur la responsabilité. Je suis pour le prolétariat mais contre le profitariat, et cela dans tous les domaines. Que ce soit notre politique en matière communautaire ou d'immigration, ce sont les mêmes principes : je veux responsabiliser la société et l'individu. C'est la base du libéralisme. Pour les francophones, c'est le programme de Sarkozy, même si après un an on n'en a pas encore vu grand-chose !

Et l'Open VLD ne défend plus cela ?

Le VLD a le même problème que le MR. J'étais partisan de l'idéologie de Guy Verhofsatdt mais dès qu'il est arrivé au pouvoir, il s'est adapté pour y rester et a complètement glissé à gauche. L'idéologie libérale a été diluée pour plaire au PS et au SP.A.

Vous parlez de profitariat. Cela veut dire par exemple limiter les allocations de chômage dans le temps ?

Oui, les limiter à deux ans. Nous sommes le seul pays européen à ne pas le faire, et en France c'est un an. Et cela se reflète sur le marché du travail : il y a bien plus de Français du Nord qui viennent travailler en Belgique que de Wallons en Flandre. Mais c'est aussi pour des raisons fiscales.

Et donc il faut baisser les impôts également ,

Evidemment, et on y viendra ! Les économies les plus performantes l'ont toutes fait. En Irlande, ils en sont à 23 pc pour l'IPP et 12,5 pc pour l'Isoc. On parle beaucoup de pouvoir d'achat mais il n'y a qu'une façon de le relancer : augmenter les salaires nets en diminuant les charges. Le reste, c'est du chipotage.

La critique est facile quand on est dans l'opposition. Une fois au pouvoir, c'est tout de même normal de faire des compromis...

Mais moi, je ne monterai pas dans un gouvernement avec les socialistes. C'est ce qui cause la mort de ce gouvernement : il faut composer avec trois idéologies différentes. Et ils ont besoin d'Ecolo en prime pour le communautaire.

Vous seriez partisan d'un système majoritaire, comme en France ?

Oui, comme en France, au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis. Parce qu'alors le gouvernement est responsable de la politique qu'il mène. Ici, les partis essaient seulement de rester au pouvoir.

Les gouvernements ne sont pas responsables?

Les Régions sont financées par des dotations fédérales. Cela ne fonctionne pas. En Flandre, on critique beaucoup la Wallonie. Mais on gaspille aussi. Le ministre flamand de l'Enseignement Frank Vandenbroucke (SP.A) vient d'octroyer des bourses d'étude pour les tout petits de maternelle! Ce sont vraiment des gadgets ! Je plaide pour une Flandre et une Wallonie autonomes et responsables de leurs recettes et leurs dépenses.

Et Bruxelles ?

Bruxelles est un seau qui n'a pas de fond. Bruxelles doit devenir une Région avec ses propres responsabilités, une sorte de Washington DC.

Les Bruxellois n'en veulent pas...

Ce qui ne les empêche pas de demander de l'argent. La Flandre en a marre de ce type de chantage. Bruxelles est mal gérée, pourquoi doit-on payer pour cela ? Il y a 19 bourgmestres, 89 députés. Pour moi ils peuvent gérer Bruxelles comme ils l'entendent mais sous leur propre responsabilité.

Les 89 députés, c'était une exigence flamande, pour une question d'équilibre linguistique.

Je n'ai pas peur de discuter de cela. Cela peut être mis dans la balance.

BHV, c'est important ou c'est symbolique?

C'est devenu tellement symbolique que c'est important. Il faut scinder cet arrondissement sans conditions.

Les francophones refusent.

Tout le blocage vient de ce que le MR perdrait deux sièges. Les gens vont vivre en périphérie - dans le Brabant flamand et le Brabant wallon - parce que Bruxelles est mal géré. Comme il y a le système des facilités, il y a eu une francisation de la périphérie. Pour moi, chacun peut parler la langue qu'il veut mais la langue administrative, cela doit rester la langue de la Région.

Les gens qui vont vivre en banlieue, c'est une évolution qu'on voit partout.

Cela peut s'inverser. A Anvers, on assiste à un retour des gens vers la ville.

Comment pourrait-on vous qualifier ? Vous êtes un nationaliste flamand ?

Je suis nationaliste et né en Flandre. Quand a-t-on une nation ? Quand on parle la même langue, qu'on lit les mêmes journaux et qu'on regarde les mêmes chaînes de télé. Nous n'avons plus ça en Belgique. Moi, je plaide pour une confédération, avec trois Régions autonomes. Je n'aurais rien contre l'indépendance de la Flandre, mais je n'y crois pas. Cela n'arrivera pas. Et puis, je vois aussi la valeur ajoutée de Bruxelles, qui est devenue une marque de fabrique de niveau mondial, comme Coca-Cola.

Mais dans un tel schéma, Bruxelles doit-elle rester la capitale de la Région Flandre?

Cela pourrait rester Bruxelles mais cela pourrait aussi être Anvers, ou Gand, ou Ostende ! Plus la Flandre obtiendra d'autonomie, plus les institutions flamandes pourront être tentées d'aller ailleurs.

Vous êtes conservateur ?

Pas du tout. Sur le plan éthique, j'ai des idées très progressives, je suis libertaire. L'euthanasie est acceptable, même pour des enfants et les homos peuvent se marier, divorcer et même avoir des misères.

Vous êtes populiste ?

Oui, si ça veut dire être proche du peuple. Mais c'est une insulte inventée par les intellectuels de gauche. Nous avons 96 pages de programme, qui portent sur tous les sujets : l'enseignement, le socio-économique, les handicapés, etc... Pour moi, être populiste, c'est être opportuniste. Or les vrais opportunistes sont au VLD. Ils disent qu'on va changer les lois sur les loyers ou sur les armes puis finissent par voter comme Onkelinx. Moi, j'ai des idées et je ne veux pas arriver au pouvoir à tout prix. On est dans une situation de divorce et personne n'ose le dire. On voit ça au comportement des ministres. Onkelinx a créé une caisse pour les hôpitaux qui pourra être vidée jusqu'en 2015, parce qu'elle sait qu'il y aura divorce. C'est comme ça qu'on gouverne dans ce pays. Et en attendant, la moitié des pays européens ont déjà adopté la "flat tax" pour l'IPP, les Pays-Bas envisagent de faire passer l'Isoc à 16pc, et nous, nous n'osons même pas en discuter. Au niveau socio-économique, nous allons mourir à petit feu.

C'est pour ça que vous montez dans les sondages ? Parce que vous dites tout haut ce genre de choses ?

Je suis le seul qui a encore du franc-parler.

Pourrait-il y avoir une union de toute la droite, une "Forza Flandria" en Flandre ?

Non, et si cela se faisait, ce serait une détérioration du paysage politique. Ce qu'il peut y avoir ce sont différentes idéologies qui se mettent ensemble pour faire bloc sur une question, comme c'est le cas pour BHV. Mais Forza Flandria, c'est impossible, à cause du Vlaams Belang. En Italie, le parti le plus extrémiste, la Ligue du Nord, est aussi le plus petit du Forza Italia de Berlusconi. En Flandre, c'est le contraire. Le Belang serait la plus grosse formation. Tous les partis qui composeraient le Forza Flandria se retrouveraient instantanément derrière un cordon sanitaire. Un suicide.

Et une alliance entre vous et la seule N-VA, ce serait possible ?

Je sais de bonne source qu'on fait toutes sortes d'hypothèses au CD&V. Ils ont fait un sondage en interne : un cartel LDD/N-VA pourrait récolter 24 pc des voix ! Mais la N-VA est installée très confortablement là où elle est. De Wever tient Leterme en otage et obtient tout ce qu'il veut. De toute façon, je n'aime pas les cartels. Le MR c'est aussi un cartel et Maingain fait la même chose avec Reynders. Et la N-VA est nationaliste et républicaine : qu'est-ce qu'elle fait dans ce gouvernement qui augmente les dotations royales ? Nous on est clairs. Quand les gens votent pour nous, au moins ils savent pour quelle idéologie ils votent.

La N-VA vous a utilisé ?

Absolument. Je suis leur assurance-vie, et Bart De Wever le sait. Cela peut paraître prétentieux de dire cela mais si on n'en était pas là, il y aurait déjà un accord communautaire et la N-VA se serait fait jeter par le CD&V. Et plus le Vlaams Belang grandit, plus les autres partis sont contents, puisque de toute façon le Belang est hors-jeu.

Pourquoi n'y a-t-il pas de cordon sanitaire contre vous ?

Je ne suis pas raciste. Je dis qu'il y a un problème de criminalité avec les allochtones et qu'il faut faire quelque chose, mais je ne fais pas cela d'une manière raciste.

Et le Belang, il est raciste ?

Il a été condamné pour racisme.

Le pensez-vous aussi ?

Ce n'est pas à moi de les juger. Je suis contre les cordons sanitaires, que ce soit vis-à-vis de l'extrême-droite ou de l'extrême-gauche. Si on dit qu'ils sont racistes, il faut les interdire. Mais sinon, ils ont été élus par le peuple et ils doivent être traités sur le même pied que les autres.

Votre parti ne reste-t-il pas trop dépendant de votre seule personne ?

Si j'ai un accident de voiture demain, le parti est fini, ce sera un scénario à la Pim Fortuyn. J'ai dû aller aux élections tout seul. C'était très difficile, rien que pour respecter la parité hommes-femmes et trouver une centaine de candidates... Pour les prochaines élections, je veux de vraies listes avec de vrais candidats qui connaissent parfaitement leur domaine. Je suis en train de professionnaliser le parti. Nous avons un service d'études qui occupe presque 20 personnes à plein temps. Nous avons un "think tank", Cassandra, auquel 200 personnes participent, des profs comme des ouvriers, on a fondé des sections locales, provinciales... Je forme des gens pour me succéder, notamment notre vice-président Ivan Sabbe, qui est l'ancien patron de Lidl Belgique.

Ne devriez-vous pas changer aussi le nom de votre parti ?

Je le ferais avant les communales de 2012, mais en conservant le sigle LDD.

Et du côté francophone, vous avez toujours l'ambition de présenter une liste ?

Je négocie avec deux parlementaires wallons.

De quel parti ?

Je ne vais pas vous dire ça !

Avec Alain Destexhe ?

Non, ce n'est pas Alain Destexhe. Il ne changera pas de parti. Il s'est trouvé une niche au MR et il écrit des livres. Pourtant, s'il avait le courage de faire ce que j'ai fait en Flandre, il pourrait être un grand monsieur en Wallonie, je suis convaincu de cela. On a fait un sondage : une LDD pourrait faire entre 8 et 12 pc en Wallonie. Ce serait Libéraux pour la démocratie directe, ou quelque chose comme cela. Tout le monde n'a pas peur de l'autonomie en Wallonie. Beaucoup de gens en ont marre du clientélisme et sont partisans d'un nouveau système socio-économique, mais personne n'ose rien faire. Mais il faut que nous trouvions une figure de proue. Si je dois le faire moi-même, c'est non.

Une liste LDD en Wallonie déjà en juin 2009?

Cela se pourrait.

Qu'attendez-vous pour le 15 juillet ?

Rien. La N-VA tentera de faire croire qu'il se passe quelque chose pour qu'ils puissent se maintenir. Ce n'est pas par hasard qu'ils ont choisi le 15 juillet. Les deux tiers du pays seront alors en vacances.

Philippe Moureaux faisait mercredi un plaidoyer pour le confédéralisme. Cela vous paraît un signe positif ?

Il n'y a pas d'âge pour devenir sage mais s'il y a un homme politique en qui je n'ai aucune confiance, c'est bien lui. Il a contribué à la destruction de Bruxelles avec son islamo-socialisme, une politique qui a surtout importé de la criminalité, et c'est le pape du clientélisme. La Flandre en a assez des personnages "à la Moureaux".

Sur Yves Leterme, quelle est votre opinion. Victime des circonstances ou responsable ?

Evidemment qu'il a sa part de responsabilité ! C'est comme un entraîneur de football. Il a constitué son équipe, il en a la direction. Par après, s'il n'arrive pas à travailler avec elle, il doit démissionner. Pour moi, il est l'application parfaite du principe de Peter : il a atteint son niveau d'incompétence et le CD&V va le sacrifier comme un agneau. Maintenant Yves Leterme va essayer de créer la perception de ce qu'il est une victime alors que la plus grande victime, c'est mon électorat : la classe moyenne, ceux qui travaillent pour 1 500 € par mois, qui gagnent trop pour prétendre à quoi que ce soit mais assez pour payer des impôts. Les libéraux, VLD comme MR, n'ont jamais rien fait pour la classe moyenne. Et le socialisme a créé une classe inférieure qui vote socialiste et est maintenue en l'état par ces mêmes socialistes. C'est du socio-misérabilisme.