Belgique

Le président américain Barack Obama se rendra fin mars en Europe pour deux sommets, l'un sur la sécurité nucléaire, l'autre avec les dirigeants des institutions européennes, dans le cadre des consultations avec les alliés et les partenaires des Etats-Unis, et pour rencontrer le pape François, a annoncé lundi la Maison Blanche. M. Obama participera à un sommet de chefs d'Etat sur la sécurité nucléaire (NSS) aux Pays-Bas les 24 et 25 mars, puis il ira à Bruxelles le 26 pour un sommet entre les Etats-Unis et les dirigeants des institutions de l'Union européenne. Il bouclera son périple le 27 à Rome, où il sera reçu par le pape François, a précisé l'exécutif américain dans un communiqué, notamment relayé par l'ambassade des Etats-Unis à Bruxelles.

Aux Pays-Bas, M. Obama participera à un sommet sur la sécurité nucléaire, où "des chefs d'Etat du monde entier souligneront les progrès réalisés dans la sécurité des matériaux nucléaires et s'engageront dans de nouvelles démarches pour empêcher le terrorisme nucléaire", et rencontrera des dirigeants néerlandais.

Il s'agira de sa première visite à Bruxelles, siège de la plupart des institutions européennes depuis son arrivée à la Maison Blanche, en janvier 2009. Il s'entretiendra avec les présidents du Conseil et de la Commission, Herman Van Rompuy et José Manuel Barroso.

En Belgique, le président américain aura aussi des rencontres bilatérales avec le gouvernement belge et le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, précise le communiqué.

Le Premier ministre Elio Di Rupo a lui aussi annoncé la venue de M. Obama sur son compte Twitter. Et le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, s'est félicité de cette visite qui "confirme l'importance de Bruxelles comme capitale européenne et siège de l'Otan", dans une déclaration à l'agence BELGA.

M. Obama sera reçu enfin au Vatican le 27 mars par le pape François, avec lequel il compte parler de leur "engagement commun dans le combat contre la pauvreté et la croissance des inégalités". Ces questions devraient figurer au centre du discours sur l'état de l'Union le 28 janvier devant le Congrès.

A Rome, le président des Etats-Unis rencontrera son homologue italien Giorgio Napolitano et le Premier ministre Enrico Letta.