Belgique Le procureur du Roi de Liège a relevé quelques éléments bizarres dans l'enquête.

En charge du dossier des tueries du Brabant, le procureur du Roi de Liège, Christian De Valkeneer est revenu sur l'état d'avancement de cette enquête au micro de Matin Première, sur la RTBF. Il a réfuté l'idée que ces tueries aient été organisées pour déstabiliser l'état. "Pour construire un dossier, il faut des éléments. Si on se base sur des hypothèses, on construit sur du sable.", rappelle-t-il avant d'avouer que le dossier était long de... deux millions de pages !

Il a ensuite parlé des fouilles réalisées dans le canal de Ronquières. Des pièces (des armes notamment) avaient été retrouvées dans ce canal en 1986. Cependant, rien n'avait été découvert dans ce même endroit par les plongeurs en 1985. "A ce niveau-là, il s’est passé quelque chose. Je pense qu’il y a eu une manipulation mais je ne dis pas que les enquêteurs de Termonde ont manipulé. Ils ont peut-être été manipulés. Le temps a passé et dire qu’il y aurait encore de la manipulation aujourd’hui dans l’enquête me paraîtrait assez osé", rajoute-il.

Concernant le "Géant" de tueries, identifié en 1997 par un habitant d'Alost, il a fallu attendre près de 20 ans pour rouvrir l'enquête suite à un concours de circonstances. "C’est la démonstration que cela tient à très peu de choses et que l’élément humain est capital. On croit que des personnes de l’entourage des auteurs peuvent avoir reçu des informations suite à des confidences."

La dernière piste en date serait celle qui mène à deux anciens gendarmes: Madani Bouhouche et Robert Beijer. Ces deux-ci se seraient rendus au domicile du "Géant", selon le frère de Christian Bonkoffsky. Il est maintenant presque impossible de revenir dans le passé. "Dans les années ‘80 il n’y avait pas d’ADN, pas de téléphonie, pas d’ordinateur. On se basait sur les témoignages humains avec la fragilité que cela supposeSi c’est un échec, c’est 32 ans d’échec de tout le monde. Je sais que quand on ne trouve pas, on reçoit toujours des critiques."