Belgique

Citant "des sources bien informées", De Tijd et l'Echo indiquaient mercredi que les autorités belges étaient parvenues, dimanche, à déjouer des attentats qui visaient Bruxelles. Et ce "grâce à une longue série de perquisitions". Les quotidiens précisaient encore que les autorités avaient reçu plusieurs indications selon lesquelles le réseau terroriste visé avait été déstabilisé. Mais aussi que tout le réseau de soutien des terroristes, en ce compris les sympathisants, les repaires, l'argent, etc., avait été sapé par les forces de l'ordre.

Dans la foulée, le ministre de l'Intérieur Jan Jambon avait expliqué qu'il y avait "ce soir-là une menace concrète". "Il y a eu de nombreuses actions policières sur le terrain et il ne s'est rien passé ce soir-là à Bruxelles. Je n'en dirai pas plus", indiquait-il.

Mais très rapidement, la RTBF mettait en doute les affirmations de L'Echo et du Tijd. Le média public écrivait même que selon ses sources, "on ne peut pas parler d'attentats déjoués". "Le vaste coup de filet, dimanche, est expliqué par la nécessité d'une intervention rapide, d'après des éléments de l'enquête, explique-t-on au parquet fédéral. Mais le but est plutôt de donner un grand coup de pied dans la fourmilière", rapportait la RTBF.

Ce vendredi, c'est au tour du Soir de se montrer sceptique. Une source dans les départements des services de sécurité précise au quotidien qu'"il est faux de dire qu’un attentat a été évité dimanche". On peut aussi y lire que "dire qu’un attentat a été évité est non seulement faux mais aussi maladroit quand on n’a pas trouvé d’éléments matériels, car cela laisse entendre aux terroristes que les services de sécurité disposeraient d’un indicateur, d’une source interne d’information".

Toujours dans Le Soir, une autre source, présentée comme membre de la Sûreté de l’Etat, estime "dangereux" de parler d'attentats déjoués car cela peut "mettre en danger la vie de sources humaines, utiles au travail policier et des services de renseignement". Selon cette personne, "Il est faux de dire qu’on a déjoué des attentats dimanche soir : à tout le moins, il ne s’est rien passé grâce ou à cause de la présence massive de policiers et militaires dans les rues (...) On n’a pas trouvé de caches ou de repaires précis".

Dans ce dossier, plusieurs personnes restent toujours en détention préventive en Belgique.