Belgique

S’armer de patience. Voici le mot d’ordre pour les passagers qui s’envolent vers les Etats-Unis. Ce n’est un secret pour personne, les procédures pour entrer sur le territoire de l’Oncle Sam sont souvent longues et complexes.

Que ce soit aux aéroports de New York, Washington ou Chicago, il est fréquent, après un voyage éreintant, de devoir endurer d’interminables files pour passer les différents contrôles permettant d’entrer sur le sol américain. A tel point qu’il n’est pas rare que des passagers, bloqués par ces procédures douanières, ratent leur connexion de vols intérieurs aux Etats-Unis.

La situation devrait changer dans les prochains mois à l’aéroport de Bruxelles-National qui va installer un système de "prédédouanement" (preclearance) pour les vols vers les Etats-Unis.

Dix aéroports choisis dont Bruxelles

Ce système permet l’exécution des contrôles douaniers américains dans l’aéroport d’origine. En d’autres termes, toutes les démarches d’immigration et autres seront désormais réalisées à Zaventem par les officiers américains plutôt que sur le sol des Etats-Unis. "Les attentats de mars dernier ont retardé le projet, mais le processus est en cours et l’objectif est d’être prêt pour l’été prochain où l’on va pouvoir tester les premiers vols avec ce système. Cela exige pas mal d’infrastructures à mettre en place car c’est comme si la frontière des Etats-Unis se déplaçait en Belgique. Une partie de l’aéroport sera donc sur le territoire américain" , explique Florence Muls, porte-parole de Brussels Airport.

L’aéroport est d’ailleurs en discussions avancées avec les autorités américaines pour mettre au point ce dispositif qui requiert une infrastructure particulière et le détachement de plusieurs employés de l’administration US.

A noter que ce projet vient d’un appel du pied des propres autorités américaines. En mai 2015 et "après une étude approfondie" , l’aéroport de Bruxelles-National avait été l’un des dix aéroports sélectionnés (avec notamment Amsterdam, Madrid, Tokyo, Istanbul et Londres) à travers le monde pour adopter cette procédure dont seul l’Irlande bénéficie en Europe.

"Empêcher le terrorisme d’arriver"

Si du côté de Bruxelles, on y voit "l’offre d’un confort optimal des passagers en route vers les Etats-Unis" , la vision du prédédouanement est plus sécuritaire de l’autre côté de l’Atlantique. Le site des douanes américaines (U.S. Customs and Border Protection) est assez clair sur le sujet. "Le système de prédédouanement est un pas important dans l’effort du gouvernement des Etats-Unis d’empêcher le terrorisme d’arriver à nos frontières" , explique le Commissaire R. Gil Kerlikowske, responsable du programme. Selon lui, l’idée est "d’assurer la sécurité et la sûreté des citoyens américains, tout en simplifiant les voyages et le commerce légaux".

Depuis deux ans, les Etats-Unis veulent élargir au maximum ce type de procédures dans les aéroports du reste de la planète. A l’heure actuelle, ce système existe à Aruba, aux Bermudes, aux Bahamas, au Canada et à Abou Dhabi (Emirats arabes unis).