Belgique

Faut-il, ou non, étendre le bénéfice de la loi dépénalisant l’euthanasie aux mineurs d’âge ? Les premiers experts ont été entendus, mercredi, en commissions réunies de la Justice et des Affaires sociales du Sénat.

"Il est évident que l’euthanasie est pratiquée chez des mineurs et nous le savons tous", a indiqué Dominique Biarent, chef du service Soins intensifs et urgences à l’Hôpital universitaire des enfants Reine Fabiola. Des cas d’euthanasie de mineurs sont régulièrement pratiqués en dehors du cadre légal. Cette information a été confirmée par le docteur Joris Verlooy, spécialiste en hématologie et oncologie à l’hôpital universitaire de Gand : il est "très difficile" de le dire publiquement, il faut être "très prudent", vu l’illégalité de tels actes. "Les médecins ont besoin d’un cadre légal", a lancé Dominique Biarent aux sénateurs. Les médecins doivent pouvoir agir "sans devoir se demander si leurs collègues devront leur apporter des oranges".

Le docteur Biarent n’a pas évoqué de limite d’âge, faisant cependant observer que jusqu’à 7 ou 8 ans, l’enfant ne perçoit pas le caractère définitif de la mort. Le docteur Verlooy appelle lui aussi à prendre en compte la "capacité de jugement" de l’enfant, en dialogue avec les médecins et les parents.

A l’inverse, le professeur Chris Van Geet, spécialiste en biologie moléculaire à la KUL, s’est clairement positionnée contre une extension de la loi. Evoquant un "problème éthique énorme" dont elle s’est demandée s’il pouvait être résolu par la loi, elle a plaidé en faveur d’un meilleur encadrement de la formation médicale. (D’après Belga)