Belgique

Cela avait été un choc pour les victimes des attentats de Maelbeek et de Zaventem. Un proche des victimes avait “parlé d’une véritable profanation” lorsqu’il avait appris que les rapports d’autopsie des victimes des attentats avaient été volés au Portalis. Le choc avait été d’autant plus fort quand ils ont appris que le voleur présumé est un “Returnee” de Syrie, condamné pour terrorisme.

Le vol a été commis le 3 janvier dans les locaux des médecins légistes au Portalis, qui abrite aussi le parquet de Bruxelles. Un homme a été inculpé de vol simple et placé sous mandat d’arrêt. Il nie le vol. Les objets volés n’ont pas été retrouvés. Pour le parquet, “il était prématuré de dire qu’il s’agit d’un vol relatif à des documents précis, au contraire”.

L’homme a en effet volé un disque dur externe qui était le back up de l’ordinateur d’un des médecins légistes. Il contenait donc également d’autres dossiers que ceux relatifs aux attentats du 22 mars. Les autres dossiers concernent : l’attentat terroriste du Musée Juif du 24 mai 2014, la fusillade de la rue du Dries du 15 mars 2016, l’attentat terroriste contre deux policières à Charleroi le 6 août 2016, l’agression contre deux policiers à Schaerbeek le 5 octobre 2016. L'attentat terroriste du 22 mars à Zaventem n'est donc pas concerné.

Le disque dur ne contenait d’ailleurs qu’une partie des dossiers relatifs au 22 mars. Il s'agit de copies des rapports d’autopsie de 15 des 16 victimes décédées dans la station de métro Maelbeek. Le parquet fédéral souligne qu’il s’agit uniquement des rapports d’autopsie écrits et que le disque dur ne contient aucune photo ou autre matériel visuel.

Seules les identités des victimes décédées étaient mentionnées sur le support informatique. Les rapports médicaux des blessés n’y figuraient pas, pas plus que les rapports d’autopsie des personnes décédées à l’aéroport de Zaventem. Ce n’est en effet pas ce légiste qui a pratiqué ces examens. Les personnes blessées ou leurs proches ne sont pas non-plus concernées.

Il en va de même pour les quatre victimes de l’attentat contre le Musée Juif dont les avocats ont été informés directement.