Belgique Denis Ducarme est “sidéré” , a-t-il déclaré à nos confrères de la Dernière Heure. Le député libéral ne comprend pas l’absence de réaction de la Communauté française et de la ministre de l’Enseignement obligatoire Marie-Dominique Simonet (CDH) vis-à-vis de l’association Les Petits Savants. Pour mémoire, cette ASBL injurie publiquement le système scolaire francophone, invite les parents à ne pas inscrire leurs enfants dans le cursus public, etc.

“Je suis sidéré que Madame Simonet ne défende pas mieux l’école publique” , explique le député fédéral. “Dans cette publication, tous les enseignants sont stigmatisés. Notre école publique y est qualifiée de “cercle de libertinage”, elle aurait “un effet néfaste sur l’éducation des enfants”, les “pervertirait”, les “corromprait”. Face à ce type de discours, je suis frappé que la Communauté française n’ait entamé aucune démarche visant à défendre son enseignement public.”

Certains enseignants ont pourtant déjà réagi, en écrivant au procureur du Roi de Bruxelles notamment. Denis Ducarme ira plus loin, mercredi prochain, en interpellant la ministre de la Justice Annemie Turtelboom sur le sujet. Le texte sera déposé ce vendredi. “Je demanderai à la ministre de rappeler les risques auxquels s’exposent les parents lorsqu’ils ne respectent pas l’obligation scolaire. Cela peut aller jusqu’à une peine d’emprisonnement dans les cas les plus graves.”

Selon le député, le discours tenu par cette toute jeune ASBL enfreint la loi sur l’ASBL (article 18) en matière de respect de l’ordre public et, plus grave, la loi Moureaux : “Je demanderai également à la ministre si une enquête a été mise en place par la justice afin de déterminer si cette ASBL respectait notre législation […] en matière d’encadrement des mineurs et en matière de législation racisme et discriminations.”

Denis Ducarme assure que l’ASBL Les Petits Savants est loin d’être la seule à prôner un tel discours en Communauté française. “Les autres le font plus intelligemment, de façon moins abrupte, mais le discours de base reste identique. La ministre de la Justice doit mieux surveiller ce genre d’association. On ne peut pas accepter que des Jesus Camp* islamistes se développent aussi concrètement, aussi facilement dans notre pays. Mon objectif est de faire en sorte que ce type d’association disparaisse. Je m’attelle à faire disparaître tout ce qui tend au radicalisme islamiste de cet ordre en Belgique. Notamment parce qu’il met véritablement les enfants impliqués en danger.”

En savoir plus

*Jesus Camp est un documentaire traitant de l’endoctrinement d’enfants et adolescents lors de rassemblements évangéliques néocharismatiques aux États-Unis, en 2006. Dans ce docu, une femme pasteur pentecôtiste (Becky Fisher) explique comment on peut faire croire n’importe quoi à des enfants de 7 à 9 ans, que cela restera gravé dans leur cerveau à vie. Becky Fisher explique également qu’elle a déniché ce mode de persuasion chez les fondamentalistes musulmans.