Belgique

D’aucuns prédisaient l’ouverture prochaine à Anderlecht d’une école libre de confession musulmane reconnue par la Communauté française. Ce ne sera pas le cas. Explications.

En mai dernier, on apprenait que l’ASBL "Ibn Khaldoun", sise à Anderlecht, ainsi que l’ASBL "La fontaine", implantée à Evere, avaient chacune introduit auprès de l’Administration générale de l’enseignement obligatoire une demande de reconnaissance pour fonder des écoles secondaires de confession islamique.

L’annonce de la création d’un établissement musulman à Anderlecht n’avait pas manqué d’interpeller les parlementaires de la Communauté française, plus particulièrement les libéraux Gilles Mouyard et Alain Destexhe. De fait, cette école devrait être érigée dans les locaux de la mosquée Al Amal, celle-là même dont un imam - écarté depuis lors - avait prononcé un prêche virulent à l’encontre de la Journée de la femme.

Interrogée en commission de l’Education en mai dernier, la ministre de l’Enseignement obligatoire Marie-Dominique Simonet (CDH) avait répondu que "son administration a requis des documents complémentaires ainsi que l’avis du Conseil général de concertation" sur ces deux demandes de reconnaissance.

C’est désormais chose faite. Mardi, Mme Simonet a indiqué en commission, en réponse à une question du député Mouyard, que le Conseil général avait rendu sur ces deux dossiers un avis négatif "car les deux dossiers sont, à ce jour, incomplets" . Cela ne signifie pas pour autant qu’ils sont voués à l’échec. Rien n’empêcherait les deux ASBL de réintroduire un dossier. Mais cela prendrait du temps, le Conseil général ne tenant pas des réunions régulières

Si celui-ci devait émettre un avis positif, le dossier serait alors étudié en gouvernement, lequel a le dernier mot pour accéder ou non à la demande de reconnaissance.

La ministre a ajouté qu’"un troisième dossier a été introduit par l’ASBL ECIB (Enseignement confessionnel islamique de Belgique) pour la création d’un Institut "La vertu" à Schaerbeek" . Si le dossier est, ici, complet, "il est parvenu très tardivement au Conseil général, qui se propose de l’examiner au mois de novembre" . Précisons que l’ASBL ECIB, contrairement aux deux autres ASBL, possède une certaine expertise en la matière puisqu’elle est déjà le pouvoir organisateur de deux écoles fondamentales : l’école "Al Ghazali" à Etterbeek et "La plume" à Molenbeek.

Or, pour qu’un PO puisse demander l’admission aux subventions avant l’ouverture de l’école - ce qu’ont réclamé les trois ASBL -, il doit remplir "trois conditions minimales" , rappelle Mme Simonet : introduire un dossier complet; avoir inscrit 450 élèves au 1er octobre de l’année de sa création; et ne pas y avoir une école de la même confession, déjà subventionnée, dans un rayon de douze kilomètres (pour le degré inférieur) et vingt kilomètres (pour le degré supérieur).

Si l’ASBL ECIB devait voir sa demande acceptée, elle pourrait bien couper l’herbe sous le pied des deux autres ASBL puisque la condition de distance ne serait alors plus respectée.