Belgique

Le petit jeu de "qui défendra au mieux les riverains de l'aéroport de Bruxelles-National" connaît un sérieux regain d'intérêt dans les partis politiques à la veille du scrutin du 10 juin. Logique : "Ce boucan à réveiller les sourds doit cesser", s'est enflammé, vendredi, le vieux guerrier du combat contre les nuisances sonores, le bourgmestre de Wezembeek François van Hoobrouck (MR).

Alors que dimanche des représentants des partis débattront du cahier de revendications des associations de l'Oostrand (lire en page 2), PS, MR, CDH et Ecolo avancent dans la même direction : faire du dossier Zaventem "une priorité" à l'heure de s'asseoir à table en vue de former le prochain gouvernement fédéral. Les quatre formations disent soutenir le démantèlement du plan Anciaux et le retour à la situation d'avant 1999.

"Le CDH plaide pour une limitation du nombre des vols (diurnes et nocturnes) à 250 000 par an", souligne Benoît Cerexhe. Rayon vols de nuit, le CDH entend diminuer progressivement le plafond des mouvements aériens et les supprimer à long terme. Ecolo "exige la fin des vols de nuit à Bruxelles-National", embraye Isabelle Durant . "Nous voulons supprimer les vols de nuit, dans le cadre d'une règle européenne et transformer l'aéroport en aéroport de jour. Mais il faudra d'abord passer par une diminution drastique du nombre de vols de nuit" , admet Isabelle Durant. Le MR dit pouvoir "envisager" la fermeture de l'aéroport aux vols de nuit à long terme. Et le PS aussi : dans un cadre européen, afin de se protéger contre la concurrence des aéroports des Etats voisins.

"C'est ridicule"

Les quatre partis francophones défendront, promettent-ils, un allongement de la nuit de 6h à 7h, l'une des revendications phares des associations de riverains. Le MR plaide pour une diminution du tonnage maximum autorisé la nuit (à 150 tonnes). MR, CDH et Ecolo réclament une délocalisation de certains vols vers les aéroports régionaux. Ainsi ne doit-on pas chercher à remplacer les vols du transporteur DHL (qui quitte Bruxelles pour Leipzig), estiment ces partis. Le PS souscrit à ce "non-remplacement" des vols DHL.

"Nous sommes pour la mise en place d'un institut de contrôle des normes sonores réellement indépendant, note Benoît Cerexhe (CDH). La mise en place d'un Institut indépendant est également l'une des priorités du PS. "Le service de médiation est un premier pas, observe Isabelle Durant. Un Institut qui serait réellement au-dessus de la mêlée nous permettrait d'avancer". Et le MR insiste pour doter cet institut de "vrais pouvoirs de sanction".

A la table des négociations, à l'heure de former un gouvernement, "halte aux fanfaronnades ! Nous devons nous entendre et nous consulter entre francophones", insiste Olivier Maingain (MR). Établir "une position commune ambitieuse et négocier ensuite avec les Flamands de manière raisonnable", juge Isabelle Durant (Ecolo). "Nous ferons preuve d'une grande détermination", assure Benoît Cerexhe (CDH). Enfin, pour le PS, il serait "dangereux de faire de Bxl-National un enjeu de la négociation institutionnelle : ce serait entrer dans un marchandage communautaire périlleux". Et "dire que le PS ne défend pas la périphérie, comme le claironne le MR : c'est ridicule, relève Karine Lalieux (PS). Nous avons toujours fait passer le bien-être des habitants de la périphérie avant les autres considérations".