Belgique

L'administration générale de l'enseignement joue un rôle clé dans notre système scolaire. Malgré toute sa volonté, elle manque de moyens et ne parvient plus à assurer toutes ses missions. Au détriment des écoles parfois...

Qu’y a-t-il derrière une rentrée des classes, un tableau noir, le bulletin du mois de juin, un manuel scolaire ou les conversations d’une salle de profs ? Qui se tapit derrière les piles de dossiers administratifs qui jonchent le bureau d’un directeur ? En France, l’enseignement et ses rouages sont appelés "le mammouth", tant ils sont imposants. En Belgique francophone, la structure qui permet à l’enseignement de tenir debout est tellement discrète en dehors du monde scolaire, qu’on n’a jamais songé à l’affubler d’un surnom. Seulement est-elle connue sous l’anonyme dénomination "d’administration".

Mais "qui" est l’administration ? Quelles sont ses missions et quels sont ses visages ? A quoi servent ses circulaires, ses inspections, ses recommandations ?

De l’exécution à l’expertise

Méconnue, l’AGE, l’administration générale de l’enseignement, joue pourtant un rôle clé. Et sa bonne santé ou ses lacunes ont une influence directe sur la qualité de notre enseignement. En Communauté française, 1 800 personnes la composent. Et leurs missions sont multiples, car l’administration organise non seulement le réseau de la Communauté française, mais il régule également l’ensemble du système scolaire.