Belgique

Réunies en plateforme bruxelloise, les associations de parents de l’enseignement catholique et officiel ont fait part de leur volonté de changement. L'UFAPEC et la FAPEO affirment avoir "pris connaissance de la volonté du Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles d’affecter en urgence les budgets nécessaires à la création de 3.750 places dans l’enseignement fondamental." Elles demandent maintenant que ces promesses soient tenues.

Un cadastre public des places occupées et disponibles

L'UFAPEC et la FAPEO "attendent des mandataires politiques qu’ils développent des solutions structurelles au problème criant de pénurie." Pour cela, les régionales bruxelloises des deux fédérations d'associations de parents prônent l'établissement d'urgence d'un cadastre public des places occupées et disponibles dans tous les établissements bruxellois. 

Elles demandent, également, que soit garanti le droit d’accès à l’enseignement dès la 1ère maternelle. "Cela se justifie d’autant que l’impact positif d’une scolarité précoce est communément admis."

Des aménagements du décret « Inscriptions »

Les parents bruxellois veulent, en outre, une révision du décret "Inscriptions" en donnant davantage de poids au critère de choix d'école des parents (critère pédagogique) mais moins d'influence au critère géographique. "Nous demandons la suppression des deux critères de distance liés à l’école primaire fréquentée par l’enfant."

L’UFAPEC et la FAPEO demandent une individualisation de l'indice socio-économique (ISE) qui donne une priorité relative aux élèves défavorisés. En clair, ils veulent que l'indice ne soit plus basé sur celui de l’école, mais bien lié directement à l’enfant.