Belgique Le procès de l’auteur présumé de l’attentat contre le Musée juif pourrait-il être reporté ? Peu probable.

L’enquête relative à l’attentat au Musée juif de Belgique, dont le procès débute dans un mois, est bel et bien clôturée, selon le parquet fédéral. Néanmoins, elle pourrait être rouverte si des éléments nouveaux apparaissaient, précise-t-il… sans trop y croire. "Ce n’est pas à l’ordre du jour", indique-t-il.

De quels éléments nouveaux parle-t-on ? L’identification éventuelle de l’homme qui accompagnait Mehdi Nemmouche le 28 mai 2014, quatre jours après l’attentat, à la gare du Nord à Bruxelles. En janvier 2015, la police fédérale avait diffusé un avis de recherche concernant cet homme. Il avait été filmé, circulant à pied à côté de Nemmouche, le long du boulevard Albert II à Bruxelles, vêtu d’un jean, d’un sweat blanc et rouge, d’une veste et muni d’un grand sac en bandoulière. Les deux hommes sortaient ensemble de l’agence de bus Eurolines, située à la gare du Nord. L’enquête a montré que c’est à ce moment-là que Mehdi Nemmouche a acheté son ticket de bus pour un départ le lendemain, le 29 mai 2014, de la gare du Nord de Bruxelles vers Marseille. Mehdi Nemmouche avait été arrêté à sa sortie du bus, le 30 mai, par des agents de la brigade des douanes française.

Le procès devrait commencer le 10 janvier

C’est à partir du 10 janvier 2019 que Mehdi Nemmouche, 33 ans, et Nacer Bendrer, 30 ans, seront jugés devant la cour d’assises de Bruxelles pour quatre assassinats à caractère terroriste, commis le 24 mai 2014 au Musée juif de Belgique, rue des Minimes, à Bruxelles. Le tirage au sort du jury aura lieu le 7. Six à huit semaines de débats sont prévues.

L’attaque terroriste commise au Musée juif a coûté la vie à quatre personnes : Emmanuel et Miriam Riva, un couple de touristes israéliens, Dominique Sabrier, une bénévole du musée, et Alexandre Strens, un employé du musée.

Mehdi Nemmouche a été identifié sur des images de vidéosurveillance à proximité du bâtiment, au moment de l’attaque. Lors de son arrestation à Marseille le 30 mai 2014, il était en possession d’armes qui semblaient identiques à celles utilisées lors de l’attentat, de munitions et d’un drapeau de l’organisation djihadiste État islamique. Il est suspecté d’être l’auteur des tirs.

Nacer Bendrer, lui, a été arrêté le 9 décembre 2014 près de Marseille. Il était en possession d’armes, notamment un fusil d’assaut similaire à celui utilisé lors de la tuerie au Musée juif de Belgique. Il est suspecté d’avoir agi comme complice de Mehdi Nemmouche.

Un troisième homme, Mounir A., lui aussi de nationalité française, a été arrêté à Marseille en même temps que Nacer Bendrer. Il a également été suspecté de complicité dans l’attaque mais il a bénéficié d’un non-lieu.