Belgique

Le ministre de la Défense, Pieter De Crem, a qualifié mardi d'"inacceptable" le comportement de deux militaires du 3ème bataillon parachutiste casernés à Tielen (Anvers) qui s'en sont pris physiquement à des jeunes recrues, annonçant le déclenchement d'une procédure visant à leur exclusion de l'armée. "C'est intolérable", a-t-il lancé au cours d'un point de presse à Bruxelles, après la révélation de ces pratiques par le quotidien flamand 'De Morgen'. Selon ce journal, ces deux paras molestaient systématiquement certains de leurs collègues après les heures de service. A la suite de cette forme particulièrement sévère de bizutage, les victimes avaient décidé de quitter l'armée. M. De Crem (CD&V) a qualifié ces "actes isolés" de comportements "liés à une tradition du 20ème siècle".

Il a aussi indiqué avoir fait rapidement ouvrir une enquête interne - parallèlement à une enquête judiciaire, sur laquelle il a refusé de s'exprimer. "En cette fin d'année, j'ai entamé une procédure qui vise à l'exclusion" de ces deux militaires de l'armée, a expliqué M. De Crem, soulignant qu'il existait dans cette affaire des responsabilités à plusieurs niveaux. Les deux militaires en question, dont l'identité n'a pas été révélée, ont été suspendus en octobre, ne percevant plus que la moitié de leur salaire.