Incidents à Borgerhout après le meurtre d'un jeune immigré

Publié le - Mis à jour le

Belgique

Des incidents ont éclaté mardi soir à Borgerhout (Anvers) après qu'un jeune d'origine marocaine âgé de 27 ans ait été tué par un homme de 66 ans qui a été arrêté sur place.

Des voitures et des vitrines ont été endommagées. Un policier a été blessé. Plusieurs personnes ont été arrêtées administrativement. Le tireur, qui habite dans la Schapenstraat le même immeuble social, a fait feu vers 16h00 à plusieurs reprises en direction de Mohamed Achrak. Les secours n'ont pu ranimer la victime qui venait rendre visite à son père. Le tireur, de nationalité belge, a été interpellé peu après par la police. Le parquet d'Anvers a précisé qu'il n'était pas connu de la justice.

Ce meurtre a causé un grand émoi dans ce quartier de Borgerhout à forte concentration immigrée. De nombreux jeunes se sont rassemblés dans les rues. Le père de la victime a tenté, sans succès de calmer leur rancoeur. Il leur a notamment dit que son fils n'aurait pas apprécié qu'il y ait des incidents.

Des petits groupes se sont dirigés vers 19h30 vers la Turnhousebaan, jouant au chat et à la souris avec la police venue en nombre sur place. Le carrefour avec l'Eliaertsraat a été bloqué. Des vitrines ont été brisées, des vitres de voitures ont été fracassées et des abribus ont été endommagés. Des pierres ont également été lancées en direction de la police. Atteint à la jambe, un policier a dû recevoir des soins à l'hôpital.

Le chef de la police locale d'Anvers, Luc Lamine, a rendu hommage à ses hommes qui "ont su maintenir le calme bien qu'ils étaient provoqués et raillés". Des agitateurs, dont certains ont été arrêtés administrativement, sont des jeunes qui avaient déjà par le passé utilisé des manifestations pour créer de incidents, a-t-il indiqué au cours d'une conférence de presse. La communauté musulmane d'Anvers a tenté elle-même d'apaiser les jeunes qui étaient dans la rue. C'est ainsi que les responsables de la mosquée de la Van Montfoortstraat ont appelé au calme, tentant de rassembler les personnes présentes en rue dans le lieu de culte.

Abou Jahjah, la figure de proue de la Ligue arabe européenne qui a lancé récemment des patrouilles pour vérifier le travail des policiers dans leurs contacts avec les jeunes d'origine marocaine, s'est rendu sur les lieux. Selon la police, il n'a pas contribué à calmer les esprits.

Leona Detiège, bourgmestre d'Anvers, a précisé au cours de la conférence de presse avec la police, que la ville allait examiner dans les prochains jours quels mesures peuvent être prise contre la Ligue arabe européeenne. Peu après minuit, une centaine de policiers étaient toujours présents sur les lieux pour éviter de nouveaux incidents.

A lire également

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM

Facebook