Belgique Huit élèves en attente sur 10 veulent s’inscrire en première secondaire dans cette zone.

L’état des lieux des places disponibles, pour la rentrée prochaine, en première année secondaire dans les écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles vient d’être publié (1).

Là où il reste de la place, la deuxième vague d’inscriptions commencera le 29 avril sur le principe chronologique (premier arrivé, premier inscrit).

En attente, mais de combien ?

À ce stade, après le "premier tour" (géré informatiquement par la Ciri, la Commission inter-réseaux des inscriptions), 1 569 élèves n’ont trouvé de place dans aucune des écoles de leur choix et sont toujours en liste d’attente (ce qui représente environ 3 % des élèves concernés).

Pour eux et ceux qui n’ont pas obtenu l’école de leur premier choix, les tableaux publiés ce lundi classent les écoles complètes en quatre groupes : plus de 50 élèves en attente, entre 21 et 50, entre 10 et 20, et moins de 10 demandes. C’est un indice assez précieux sur les chances de finir par décrocher l’adresse souhaitée.

Comme toujours, les moyennes cachent des situations très problématiques à certains endroits. Ainsi, près de 80 % de ceux qui doivent encore s’armer de patience visent des écoles à Bruxelles ou dans le Brabant wallon.

Bouchons à Bruxelles et dans le "BW"

Comme depuis des années, c’est effectivement toujours dans les écoles bruxelloises (visées par 1 038 des familles qui n’ont pas encore pu être contentées) que ça coince le plus. Moins d’une école sur deux peut encore accueillir du monde mais, évidemment, pas toujours dans le quartier ni le type d’enseignement choisi. Par ailleurs, le tableau montre clairement que, dans certaines communes, les écoles où il reste de la place ne pourront pas absorber celles où plus de cinquante jeunes en revendiquent une. À Jette et à Ganshoren, par exemple, les deux écoles libres affichent de longues listes d’attente pour un seul établissement communal encore incomplet.

La situation du Brabant wallon se corse, elle aussi, d’année en année.

Quelque 173 élèves en liste d’attente espèrent encore, à ce jour, pouvoir s’inscrire. Ici aussi, environ une école sur deux reste ouverte aux inscriptions, mais avec le même problème qu’à Bruxelles. À Ottignies-Louvain-la Neuve, par exemple, sur quatre écoles recensées, trois (les trois établissements du réseau libre) présentent des listes d’attente de plus de 50 têtes et seule une école (officielle) n’est pas encore complète.

A contrario, on notera que, dans le Hainaut et les provinces de Liège, Luxembourg et Namur, les écoles complètes constituent une large minorité.

Et après ?

Un courrier précisant la situation de chaque enfant a été envoyé vendredi aux parents. Ceux-ci ont dix jours, dès réception de la lettre, pour contester le résultat.

À partir du 14 mai, ils pourront suivre en ligne l’évolution du dossier de leur enfant.

 

(1) Plus d’info au 0800/188.55 ou sur le site www.inscriptions.cfwb.be