Belgique

Le secrétaire d'Etat à l'Asile et aux Migrations, Theo Francken, a fait le point mercredi au parlement sur les nouvelles places d'accueil qui seront ouvertes alors que le nombre de demandeurs d'asile va en s'accroissant ces dernières semaines, comme ailleurs en Europe, en raison de la situation au Moyen-Orient.

A l'exception de l'extrême droite, un relatif consensus anime le parlement sur la nécessité d'accroître les capacités d'accueil de personnes qui fuient des zones de conflit. L'opposition s'est cependant inquiétée mercredi en commission de l'Intérieur de l'organisation de cet accueil, le député-bourgmestre de Liège Willy Demeyer (PS) exigeant un "plan de répartition" des demandeurs d'asile.

Le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Rudy Demotte, avait critiqué l'annonce de l'arrivée de 700 demandeurs d'asile dans une caserne à Tournai, ville dont il est le bourgmestre empêché. "La politique migratoire ne devrait pas passer par Tournai? ", s'est interrogée mercredi Caroline Cassart (MR) appelant à une "prise de responsabilité".

M. Francken (N-VA) a promis de poursuivre la concertation avec l'ensemble des communes concernées, éventuellement les zones de police, Fedasil et le cabinet de l'Asile.

Willy Demeyer a rappelé que les moyens du fédéral alloués aux communes en faveur de la cohésion sociale étaient en constante diminution. Comme d'autres, il a appelé à voir à plus long terme et envisager l'intégration des nouvelles populations.