Belgique Pour Thierry Bodson, la grève reste nécessaire même si elle a moins d’impact qu’avant.

A l’occasion des fêtes de Wallonie, le secrétaire général de la FGTB wallonne, Thierry Bodson, confie à "La Libre" les priorités du syndicat socialiste, présentées jeudi matin devant le comité wallon. "Nous allons inviter le PS, le PTB et Ecolo pour leur présenter notre programme. Nous leur demanderons de se positionner sur nos propositions." Et d’entrée de jeu, Thierry Bodson lance un appel à dépasser la logique de l’action commune : "On ne rentrera pas dans le jeu du scotchage au programme d’un de ces partis, et nos militants, unanimement, pensent que si arithmétiquement, il est possible d’avoir une majorité de gauche après les prochaines élections législatives, ces partis doivent donner la priorité à ce scénario." Mais Bodson est bien conscient que ça peut ne pas fonctionner. "Après, on verra comment les gens réagissent. Il peut y avoir un scénario B, mais il ne faut pas qu’ils commencent par ça."

Pour le leader syndical, le clivage gauche-droite n’a jamais été aussi fort, au point qu’il emporte tout sur son passage. "Le centre, ça n’existe plus en politique et pour un bon bout de temps. Les inégalités grandissent de plus en plus. Le conflit capital-travail est de plus en plus important. On a des politiques qui mettent en conflit les gens en stigmatisant les chômeurs, les femmes qui travaillent à temps partiel ou les sans-papiers du parc Maximilien. Et après, on dit qu’on est au centre, ça n’a aucun sens".

Une DPR wallonne très à droite

...