Belgique

«Malhonnêteté intellectuelle»... Le mot est tombé plus d'une fois dans les nombreuses réactions reçues à «La Libre» mais aussi à la RTBF après le «Questions à la une» consacré aux miracles et aux canonisations. Pour ceux qui n'en auraient rien vu, précisons que bien dans la foulée des livraisons antérieures, le magazine de l'info a fait un double reportage très critique sur les miracles face à la science, avec le cas de Lourdes en guise d'exemple et sur la «fabrication» des saints et surtout leur coût, voire leur arrière-plan politique. Avant de recevoir une «lettre ouverte» de l'Eglise à la RTBF, nous avons interpellé les responsables mais aussi l'auteur des deux reportages. Pour Yves Thiran, directeur de l'info et de l'éthique, «la RTBF a voulu faire du journalisme honnête en creusant les sujets dans toutes leurs dimensions. Dans le cas des miracles, chacun garde son libre arbitre mais nous avons voulu les confronter aux acquis de la science. Par rapport aux canonisations, on a souligné une dimension peu connue à propos de leur coût...»

Franck Istasse, l'auteur des deux reportages rejette aussi l'accusation d'avoir été malhonnête et d'avoir sélectionné des extraits utiles à une thèse: «dans le reportage à Lourdes, ce sont l'évêque et le médecin qui nous ont, par exemple, dit que la reproduction de la Vierge ne correspondait pas à ce qu'avait vu Bernadette. Qui plus est, l'abbé Laurentin est quand même une référence pour Lourdes, non?»

Le journaliste ajoute aussi que son travail n'a pas été mené «à la hussarde» : tout au contraire, il a pioché pendant six mois dans une abondante documentation et il était logique que l'on donne aussi la parole à des scientifiques qui réfutent les phénomènes miraculeux.

«Pour les canonisations, par contre, nous n'avons donné la parole qu'à des catholiques, justement pour éviter les critiques faciles». Et de citer le rédac-chef de «Golias», Christian Terras mais aussi le frère Ferdinand Poswick de Maredsous qui a été très directement mêlé à la cause de Don Colomba Marmion. Rien à redire? Certainement pas pour le moine maredsolien mais dans nos contrées, on exprime plus de réserves sur «Golias» depuis certains dossiers sur le Rwanda qui ont fait froncer moult sourcils dans les milieux ecclésiastiques mais aussi politiques. Par contre, Mgr Léonard, interviewé à Beauraing fut le grand absent de l'émission. «On n'a retenu que des éléments pertinents et surtout on a tenu compte des impératifs du reportage télé» précise Franck Istasse à ce propos.

Alors, tempête dans un bénitier? Pas sûr...

© La Libre Belgique 2006