Belgique

Réduire le coût scolaire est l'affaire de tous, estime la Ligue des Familles qui, en marge de son étude, lance quatre appels.

Aux parents, elle demande:

- de lever le tabou du silence sur cette question en franchissant les portes des écoles et en proposant des solutions,

- et de privilégier une consommation intelligente.

Aux enseignants ,

- d'intégrer la dimension du coût chaque fois qu'ils réfléchissent à une activité.

Aux directions ,

- de privilégier le mode de paiement par facturation de façon à épargner les enfants et leurs profs d'une dimension pécuniaire qui a tendance à pourrir la relation pédagogique,

- de multiplier les achats groupés et les marchés locaux de revente de manuels,

- de travailler par anticipation en avertissant les parents des frais prévisibles,

- de favoriser le dialogue par un discours d'ouverture et d'information sur les procédures à suivre en cas de problème,

- et d'informer les parents sur l'usage d'éventuels bénéfices engrangés.

Aux politiques, enfin, la Ligue des Familles recommande

- d'évaluer la mise en oeuvre des mesures décrétales pour que des mesures de rectifications soient prises en cas de flagrants délits,

- de revoir le principe des frais facultatifs en prenant en compte les noeuds réels d'enjeux dans lesquels les parents doivent arbitrer leur choix,

- d'accompagner les établissements dans la recherche d'outils de communication autour du coût scolaire en vue de réduire les dépenses à charge des familles,

- et de privilégier le recours aux manuels scolaires qui rendent possible la continuité pédagogique d'une année à l'autre, et/ou de favoriser les circuits de livres de seconde main.

Pour épauler cette attente de «bonne conduite», la Ligue se lance dans un travail d'études concentré sur les bonnes pratiques repérées à l'occasion de son enquête, histoire de servir à toutes les écoles des suggestions de «bonne conduite» en la matière.

© La Libre Belgique 2006