Belgique

L'homme qui a volé un disque dur contenant les rapports d'autopsie des victimes des attentats du 22 mars, la semaine dernière au parquet de Bruxelles, a été combattant en Syrie. Le disque dur a été dérobé dans le bâtiment du parquet de Bruxelles (Portalis). Le voleur a forcé le bureau d'un médecin légiste au rez-de-chaussée et s'est emparé de plusieurs éléments.

Un suspect de 27 ans, E.K.I., a été interpellé et placé sous mandat d'arrêt. L'homme nie toute implication. Des sources judiciaires doutent par ailleurs que le vol ait eu pour objectif de s'emparer spécifiquement du disque dur car d'autres objets ont été dérobés. De plus, le disque dur volé contenait des informations sur d'autres dossiers. Le suspect ne présente par ailleurs aucun lien avec les attentats du 22 mars à Bruxelles ou avec les victimes.

Condamné à cinq ans de prison en 2016, dont la moitié avec sursis, E.K.I. avait comparu dans le bâtiment Portalis à propos de cette affaire l'après-midi du vol.

© DR

Enrôlé par le prédicateur bruxellois Jean-Louis Denis et le recruteur de djihadistes Khalid Zerkani, Iliass Khayari avait rejoint la Syrie en décembre 2012. Il était rentré en Belgique en juin 2013, blessé au bras et un poumon perforé par un tir ennemi.

Au cours d'une conversation téléphonique le 3 mai 2013, il avait affirmé avoir décapité un homme en Syrie. Il n'a pas été poursuivi en justice pour cela.

Le parquet a précisé ce mercredi matin via un communiqué de presse que "le vol n'a aucun impact sur les procédures en cours" étant donné que les originaux ont été versés au dossier. 

"Il est bien évident qu’il demeure présumé innocent", ajoute le parquet.


"Laisser traîner des informations aussi confidentielles, ce n'est pas sérieux"

Interrogé par La Libre ce matin, Philippe Vansteenkiste, président de l'association V-Europe qui défend les victimes des attentats du 22 mars, réagit. "Lorsque l'information a été diffusée hier soir par VTM, cela a été la panique et l'incompréhension parmi les membres. Un proche a parlé d'une véritable profanation. Dans un premier temps, les membres étrangers ne comprenaient pas ce qui se passait car l'information, initialement, était en néerlandais."

"Si le vol est non ciblé", poursuit-il, "'c'est malheureux. On peut se demander si la sécurité est adéquate. Laisser traîner des informations aussi confidentielles, ce n'est pas sérieux".

Philippe Vansteenkiste a pris contact ce mercredi matin avec le parquet fédéral pour que toutes les informations relatives aux attentats du 22 mars 2016 soient centralisées par le parquet fédéral.

Quant à la personnalité du voleur, un djihadiste revenu en Belgique et libéré malgré le fait qu'il avait affirmé avoir égorgé un homme en Syrie : "si cette information est confirmée, c'est l'incompréhension totale. Un décapiteur, un tueur, qu'on le laisse libre, c'est incroyable".