Belgique

La ministre de l'Egalité des Chances de la Communauté française Fadila Laanan s'est insurgée contre les propos, qu'elle a qualifiés de "mensongers", tenus à son endroit, par le sénateur de Communauté Alain Destexhe (MR) au cours d'une conférence de presse relative à la gestion du MRAX. Elle pourrait envisager des suites judiciaires.

M. Destexhe a notamment indiqué vendredi avoir été "choqué" par le fait qu'au Parlement de la Communauté, Mme Laanan ait "minimisé" la portée des déclarations faites par un ancien membre du Bureau du MRAX, Nordine Saïdi, ce dernier se refusant à condamner le principe des attentats suicides. Se référant au compte-rendu parlementaire, Mme Laanan a rappelé dans un communiqué avoir affirmé lors de cette séance qu'il ne lui appartenait pas, en sa qualité de ministre de tutelle, de "commenter les déclarations des membres d'associations". Elle ajoutait aussi ne pas partager le genre de propos auxquels il a été fait référence, précisant qu'ils "ont été tenus durant une période électorale propice à la controverse".

"Le sénateur libéral ayant soit fait preuve d'une grande inattention lors de cette séance, soit sciemment décidé de travestir la réalité pour faire un coup médiatique", la ministre Fadila Laanan a indiqué dans son communiqué attendre de M. Destexhe "qu'il retire ses propos et qu'il donne à cette rétractation la même publicité qu'à ses accusations scandaleusement mensongères".

Ceci "sans préjudice des éventuelles suites judiciaires que la ministre Fadila Laanan pourrait donner à ces propos déplacés pour un mandataire public, dont elle étudie l'opportunité".