Le Blok, made in Flandre

FRANCIS VAN de WOESTYNE Publié le - Mis à jour le

Belgique

Ainsi donc, «l'arrogance des francophones» ne serait pas étrangère au succès électoral du Blok. Ainsi donc, chaque fois que le président du PS s'oppose à une revendication flamande, le Blok engendrerait 5000 voix de plus. Ainsi donc, la Flandre se laisserait prendre en otage par les francophones...

Les émissions dominicales de la télévision flamande ont produit, comme à l'accoutumée, leur flot de slogans, de contrevérités, d'approximations. Que faire? Le gros dos et laisser dire. Monter aux barricades et hurler au scandale. Ou simplement répondre, fermement. Car il y a quand même des limites.

Sur l'opportunité de répondre, tout d'abord, on pourrait estimer que le mieux, en pareille circonstance, est de lever les épaules et d'attendre la prochaine salve qui sera sans doute un peu plus excessive, un peu plus irritante encore. Souvent, francophones et Wallons ont agi de la sorte, estimant qu'il ne fallait ni renvoyer les coups ni jouer à «oeil pour oeil, dent pour dent». Et il est vrai que si l'on n'y prend garde, on se laisserait facilement entraîner dans une surenchère verbale, politique, institutionnelle qui, sans doute, conduirait à un affrontement destructeur pour chacune des composantes de la Belgique. Mais il arrive un moment où les francophones ne peuvent plus supporter d'être accusés de tous les maux de la Terre, ou en tout cas de tous les maux de la Flandre. Cela devient insupportable et l'on a envie dire poliment, mais fermement: assez!Les francophones, loin de là, ne sont pas enfants de choeur. La Wallonie n'est pas dénuée de problèmes. Il est urgent qu'elle se redresse et crée d'avantage de richesses. Mais quand même. Les Flamands ont toujours dit qu'ils voulaient être maîtres chez eux, et que ce qu'ils feraient eux-mêmes, ils le feraient mieux pourvu qu'ils disposent de l'autonomie nécessaire. Il faut admettre aujourd'hui que ce n'est pas toujours le cas. Le Blok est un produit de la Flandre, pas de la Wallonie. Les Wallons n'ont pas de leçon à donner. C'est vrai. La Wallonie a «son» extrême droite et doit tout faire pour l'endiguer.Pourquoi les Wallons seraient-ils responsables du Blok? L'explication est la suivante: c'est parce que les Wallons s'opposent aux revendications institutionnelles flamandes que le Blok progresse. Mais pourquoi diable les partis flamands placent-ils toujours cette obsession communautaire au premier rang de leurs préoccupations alors qu'elle n'apparaît que très faiblement dans les attentes des Flamands (dans le récent sondage du «Standaard», elle n'intéressait que 2pc des Flamands, très loin derrière l'emploi, le logement, l'enseignement, la mobilité, la sécurité, etc.). En lançant une campagne électorale sur ce terrain communautaire, la scission de Bxl-Hal-Vilvorde, par exemple, les partis traditionnels partaient perdants: les Flamands purs et durs préféreront toujours l'original (le Blok) à la copie des autres partis.

Et chaque fois que les hommes politiques attaqueront les francophones comme ils l'ont encore fait ce week-end, ils légitimeront les idées et la stratégie du Blok et le renforceront encore. Mais quand surgit un problème, c'est toujours de la faute des autres, des francophones ou des étrangers. Si le Blok avait réussi à bloquer les institutions bruxelloises, les Flamands auraient accusé les francophones d'avoir apporté leurs voix au Blok. Cela n'a pas été le cas.

A entendre les discours flamands, les Wallons -qui comme on le sait sont tous fainéants, assistés sociaux et profiteurs du système-, menacent la richesse flamande. Or il faut dire et répéter que les transferts financiers sont aujourd'hui très limités (33 pc de la population pour 36 pc des dépenses de sécurité sociale). C'est peut-être encore trop, même si cela peut s'expliquer par des raisons objectives.

Mais ces discours-là n'ont pas droit de cité en Flandre.

© La Libre Belgique 2004

FRANCIS VAN de WOESTYNE

A lire également

Derniers articles

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

  1. 1
    Geen commentaar: cette influenceuse musulmane flamande a créé l'émoi

    Elle est une Mipster, une musulmane dans la mode. Sarah Dimani s’était même forgé un statut d’icône de la mode auprès de la jeunesse musulmane flamande en manque de repères. L’influenceuse anversoise comptait plus de 100 000 abonnés sur son compte Instagram.

  2. 2
    Vidéo
    Disparition de Théo Hayez en Australie: Whatsapp va collaborer avec les enquêteurs

    Le service de messagerie instantané Whatsapp a accepté de collaborer à l'enquête ouverte après la disparition du jeune Belge Théo Hayez en Australie, d'après une information de l'agence de presse australienne AAP, relayée lundi par plusieurs médias.

  3. 3
    Vidéo
    Disparition de Theo en Australie: la police australienne dévoile les dernières images filmées du jeune Belge

    Les recherches pour l'étudiant belge Theo Hayez porté disparu en Australie se concentrent sur deux zones dans la localité de Byron Bay où il a été aperçu pour la dernière fois fin mai à la sortie d'une boite de nuit, rapporte l'agence de presse australienne AAP.

  4. 4
    Kidnappée, séquestrée et abusée, une Belge décrit son calvaire en Australie en 2017

    La touriste belge kidnappée, séquestrée et abusée sexuellement en Australie en février 2017 affirme se sentir "très chanceuse" d'avoir pu échapper à son agresseur, dans un reportage diffusé sur la chaine australienne Nine dimanche soir.Gene Charles ...

  5. 5
    Procès des bourreaux de Valentin: les cinq accusés déclarés coupables d'assassinat

    Le jury a répondu affirmativement à 90 des 96 questions au sujet des accusés

cover-ci

Cover-PM

Facebook