Belgique

Ecolo a reproché mercredi au MR de lâcher les riverains de l'aéroport de Bruxelles national dans le dossier de la gestion des nuisances sonores liés au trafic aérien de l'aéroport national, en se montrant disposé à refédéraliser les normes de bruit que doivent respecter les avions.

Par les voix de sa secrétaire fédérale Isabelle Durant et du secrétaire de la régionale bruxelloise des Verts, Christos Doulkeridis, il s'est dit "inquiet et surpris" à la suite des propos tenus mercredi matin par le porte-parole du MR Charles Michel à ce sujet. Interrogé par la Première (RTBF-radio), le porte-parole s'est dit prêt à concéder la refédéralisation des normes de bruit. Pour Ecolo, cette position est d'autant plus étonnante que le MR a prétendu durant la campagne électorale ne pas remettre en question l'arrêté bruit de la Région bruxelloise.

Isabelle Durant et Christos Doulkeridis ont souligné que l'arrêté bruxellois fixant des normes bruit constituait actuellement un des seuls moyens de pression pour établir des routes aériennes de manière objective, c'est-à-dire en évitant de survoler des zones densément peuplées et en tenant compte de la force et de la direction du vent.

Pour eux, cette prise de position montre une fois de plus le double discours du MR. D'un côté, il affirme au niveau local vouloir combattre les survols arbitraires de Bruxelles. De l'autre, là où il peut vraiment agir, c'est-à-dire au sein du gouvernement fédéral, il se "dit prêt à flinguer le dispositif permettant aux Bruxellois et aux habitants de la périphérie de défendre leur intérêt légitime".

Ecolo a enfin tenu à rappeler que des décisions de justice avaient récemment confirmé la validité et le caractère proportionnel des normes de bruit bruxelloises. Ceci signifie, selon les Verts, qu'elles n'empêchent aucunement le prochain gouvernement fédéral de revoir le plan actuel de dispersion des vols vers et au départ de Zaventem. La proposition de refédéraliser les normes de bruit avait été formulée il y a quelques semaines par le premier ministre sortant Guy Verhofstadt, à l'issue de la dernière réunion que le comité de concertation entre le gouvernement fédéral et ceux des entités fédérées avait consacrée à ce dossier.

Le président du MR, Didier Reynders, avait alors estimé qu'il fallait s'interroger sur l'opportunité de refédéraliser "certaines compétences" liées au dossier. A quelques jours des élections, il s'était clairement prononcé contre la refédéralisation des normes de bruit, demandant que la période de formation du futur gouvernement fédéral soit mise à profit pour trouver une solution dans ce dossier.