Belgique

Le ministre francophone en charge de la Recherche Jean-Claude Marcourt et son homologue flamand Philippe Muyters ont lancé mercredi un fonds commun destiné à financer des projets de recherche fondamentale par-delà la frontière linguistique. Baptisé Excellence of Science (EOS), ce nouvel instrument sera doté de 30 millions d'euros par an et géré conjointement par le Fonds de la recherche scientifique (FRS-FNRS) et son pendant flamand FWO.

Il doit remplacer les anciens Pôles d'attraction interuniversitaires (PAI) fédéraux, supprimés après la sixième réforme de l'Etat, ce qui avait suscité pas mal d'émoi dans la communauté scientifique l'an dernier.

La Flandre et la Fédération Wallonie-Bruxelles, qui ont récupéré les financements fédéraux précédemment dévolus aux PAI, ont décidé de se mettre ensemble et de consacrer intégralement ces montants pour continuer à financer des projets entre chercheurs du nord et du sud du pays.

"Il aurait été incompréhensible d'avoir des accords de coopération avec des chercheurs de pays étrangers, mais que nos propres chercheurs se voient mettre des bâtons dans les roues dans leur collaboration au-delà de la frontière linguistique", estime M. Marcourt.

Au cours de ces dix dernières années, les chercheurs francophones belges ont en effet réalisé plus de 6.000 co-publications scientifiques avec des chercheurs flamands.

"La Flandre est ainsi le 5e plus important partenaire scientifique de la Fédération, après la France, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et l'Allemagne", selon Véronique Halloin, secrétaire générale du FRS-FNRS.

Les demandes de financements seront examinées par un panel d'experts internationaux.

Les projets retenus pourront bénéficier d'un financement annuel compris entre 450.000 et un million d'euros, et ce pendant quatre ans (contre cinq sous l'ancien régime de PAI). La sélection des premiers projets débutera au printemps prochain.

Avec un budget de 30 millions d'euros, EOS devrait permettra de financer simultanément une quarantaine de projets de recherche fondamentale dans différentes disciplines.

Si le financement est paritaire, aucune clé de répartition entre les Communautés n'a toutefois été fixée par souci de crédibilité. Les projets ne seront sélectionnés que sur le seul critère de l'excellence.

"La sélection sera sévère", avertit Hans Willems, secrétaire général ff du FWO, heureux de cette initiative conjointe. "Avec EOS, nous avons les moyens suffisants pour faire la différence (sur la scène scientifique)".

Après la communautarisation complète de la recherche, ce programme EOS est l'unique instrument financier -et confédéral en quelque sorte- de collaboration entre la Flandre et la Fédération Wallonie-Bruxelles dans ce domaine