Belgique

Le procureur général de Liège ne désespère pas que l'on retrouve les auteurs des tueries du Brabant. A la lumière du cas Mathot, Christian De Valkeneer plaide pour une réforme de la procédure de levée de l'immunité parlementaire. Entretien.


Pourquoi l’enquête a-t-elle échoué ?

Des erreurs ont sans doute été commises, mais, dans toute enquête, il y a une part de chance. C’est cette chance qui a manqué. De plus, à l’époque, et c’est vrai pour d’autres affaires comme celle du "petit Grégory", les méthodes d’enquête étaient limitées. Il n’y avait pas de caméras de surveillance, pas de téléphonie, pas de moyens d’exploiter les traces ADN, même si nous avons relevé deux empreintes génétiques qui, hélas, n’ont pu être reliées à personne.

On a parlé de complot, de manipulations de l’enquête. Qu’en pensez-vous ?

(...)