Belgique

Un vent modéré soufflera de secteur ouest à nord-ouest. Les maxima atteindront 20 degrés au littoral, 28 degrés à l'intérieur du pays et 30 degrés en Campine. Jeudi soir, il fera sec avec des éclaircies plus larges depuis la frontière allemande. Le ciel sera dégagé durant la nuit avec des minima compris entre 10 et 15 degrés.

Vendredi, le temps sera à nouveau sec et le soleil brillera. Un vent modéré, assez fort à la Côte, soufflera de secteur nord-est, ce qui amènera un air sec mais moins chaud en provenance de Russie. Les maxima atteindront 20 à 25 degrés.

Durant le week-end de Pentecôte, le temps sera sec et ensoleillé avec des températures à la mi-journée comprises entre 21 et 26 degrés. Milieu de semaine prochaine, il fera assez chaud mais des averses pourraient cependant encore tomber.

Il n’y a pas de mais en mai

Le soleil fut rare mais, pour le reste, tout est “normal”. Et la fin du mois promet. Pourri, le mois de mai 2012 qui vient d’entrer dans sa troisième décade? Eh bien, non, dixit Marc Vandiepenbeeck, climatologue à l’Institut royal météorologique (IRM).

Certes, concède-t-il, la Belgique a été du 1er au 6, puis les 14 et 15, sous l’influence de courants polaires qui ont pu donner aux citoyens l’impression, fondée, qu’on était tout sauf au printemps.

Certes, admet-il, les vingt premiers jours du mois affichent-ils un déficit d’insolation, qui a dû jouer sur le moral des gens. Mais, ajoute-t-il, la température moyenne de ces deux premières décades a été de 17,9°C alors que la normale est de 19,2°C. L’écart n’est pas spécialement spectaculaire et demeure dans la norme.

Des périodes plus fraîches ont été enregistrées à de nombreuses reprises depuis 1981 et on est même descendu jusqu’à 13,8°C de moyenne en 1996, température inscrite au palmarès de l’ensemble du mois de mai 1984, très loin des 22,9°C des vingt premiers jours de mai 2008.

Les précipitations ? La Belgique a connu 13 jours de pluie pendant les deux premières décades. C’est beaucoup. Il est tombé 62,6 mm alors que la moyenne est de 41,1 mm. C’est donc bien davantage mais on reste dans la normale, selon M. Vandiepenbeeck, qui évoque les 119,2 mm de 1978.

Notre interlocuteur reconnaît toutefois qu’en matière d’ensoleillement, il y a lieu de se plaindre. On frôle la cote "très anormale" (retour du phénomène une fois tous les dix ans) avec 82,7 heures d’insolation pendant les vingt premiers jours alors que la normale est de 118,1 heures. Mais on a connu pire ces trente dernières années, notamment en 1996, lorsque le soleil n’avait montré son museau que pendant 42,6 heures en vingt jours.

La suite ? "On devrait atteindre les 25°C jeudi, avant, d’ici la fin du mois, de connaître des températures maximales oscillant entre 19°C et 22°C" , commente M. Vandiepenbeeck. Il devrait pleuvoir ce mercredi et un tout petit peu jeudi mais ensuite, et jusqu’au 31 inclus, le temps sera sec. La nébulosité ? Totalement absente vendredi, qui s’annonce une journée radieuse. "Ensuite, nous connaîtrons une alternance de passages légèrement nuageux et de belles éclaircies" , dit encore le climatologue.

Bref, la fin de la période devrait réconcilier les Belges avec la météo et s’inscrire dans les normes d’un vrai mois de mai.